Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Vital Kamerhe en RDC : un directeur de cabinet face à la justice »

Voir tout le sommaire
Justice

RDC : comment Vital Kamerhe prépare sa défense

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 11 mai 2020 à 09h53
Vital Kamerhe, ancien président de l'Assemblée nationale, directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. Ici à Paris, dans les locaux de Jeune Afrique, le 20 août 2013.

Vital Kamerhe, ancien président de l'Assemblée nationale, directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. Ici à Paris, dans les locaux de Jeune Afrique, le 20 août 2013. © Photo de Vincent Fournier/JA

Le procès de Vital Kamerhe pour détournement de deniers publics doit s’ouvrir ce lundi 11 mai au tribunal de grande instance de Kinshasa/La Gombe. Pour y faire face, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi s’est entouré d’avocats influents.

Toujours détenu à la prison de Makala, Vital Kamerhe, qui a déposé sans succès quatre demandes de libération provisoire, s’est entouré de onze avocats congolais pour assurer sa défense.

Candidat malheureux aux législatives de 2018, Jean Marie Kabengela Ilunga a été l’un des conseils principaux de l’opposant à l’ancien président Joseph Kabila, Jean Bertrand Ewanga, un ex-secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise (UNC, le parti de Kamerhe).

Il a également défendu Martin Fayulu lorsque ce dernier, qui avait échoué à la présidentielle de 2018, en avait contesté les résultats officialisés par la Ceni devant la Cour constitutionnelle.

Pour compléter ce profil très politique, Kamerhe a sollicité le professeur émérite Nyabirungu Mwene Songa. Ce pénaliste très réputé a été l’avocat principal près le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), à Arusha, en Tanzanie, de 2000 à 2007. Membre de l’Association internationale de droit pénal, il est, entre autres, avocat près la Cour suprême de justice depuis avril 2016.

Plusieurs proches de Vital Kamerhe se méfient de lui en raison de sa grande proximité avec le Front commun pour le Congo (FCC), la coalition de Joseph Kabila. Nyabirungu Mwene Songa a été personnellement approché par un ministre de l’UNC pour assurer la défense de Kamerhe.

Saturnin Zirimani est l’assistant principal de Vital Kamerhe depuis sa nomination en tant que directeur de cabinet. Depuis l’incarcération de ce dernier, Zirimani a été chargé de mettre en place et de coordonner la stratégie de défense de Kamerhe, en concertation avec les autres avocats, à savoir Thotho Maluma Roger, David Nyembwe, Guillaume Kyungu, Marius Bagalwa, John Kaboto, Florence Kavira et Polycarpe Mbasani.

Recours suspendu

Enfin, Vital Kamerhe s’est attribué les services d’un avocat international pour compléter cette équipe. Selon La Lettre du continent, il a choisi le Français Pierre-Olivier Sur, alias « POS » (Fischer, Tandeau De Marsac, Sur et Associés), qui représente notamment les intérêts de François Compaoré, frère cadet de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré.

Il a été engagé pour saisir le Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU, Kamerhe contestant ses conditions de détention à Makala.

Selon nos informations, POS, sollicité par Kamerhe, devait déposer ce recours à 11 heures le 7 mai. Mais il a reçu un appel de son client l’informant avoir obtenu « l’assurance quasi certaine » qu’il allait bénéficier d’une mise en liberté provisoire avant l’ouverture de son procès, le 11 mai. Cette démarche a donc été provisoirement suspendue jusqu’à cette date.

L’avocat congolais Kabila Muana Kabila a également été associé à ce recours.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte