Défense

Massacre de Ngarbuh au Cameroun : exaction, bavure ou manipulation ?

Des membres de la Brigade d'intervention rapide (BIR) marchent dans le village d'Ekona, près de Buea.

Le ministère de la Défense « dément formellement les allégations mensongères » à propos du rôle de l’armée dans le massacre de 22 civils dans le Donga-Mantung, assurant qu’il s’agit d’un « malheureux accident » après des échanges de tir entre forces de sécurité et rebelles sécessionnistes

Massacre de Ngarbuh au Cameroun : exaction, bavure ou manipulation ? Jeune Afrique

Emploi & Formation

Economie

Dossiers

Idées

Jeune Afrique TV

Maghreb & Moyen-Orient

Afrique de l'Ouest

Afrique centrale

Culture

Société

Sport

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte