Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Vital Kamerhe en RDC : un directeur de cabinet face à la justice »

Voir tout le sommaire
Politique

RDC : ce qu’il faut savoir sur Hamida Chatur, l’épouse de Vital Kamerhe

Réservé aux abonnés | | Par - à Kinshasa
Mis à jour le 24 juin 2020 à 15h55
Hamida Chatur Kamerhe.

Hamida Chatur Kamerhe. © Maelys image

Le 20 juin, la justice congolaise a condamné son mari, Vital Kamerhe, à vingt ans de prison pour détournement de fonds publics et corruption. Mais qui est vraiment l’épouse de l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi ?

1. Avec un « H »

Née le 6 novembre 1976 à Kinshasa, elle a été baptisée Hamida, mais son nom est souvent orthographié sans « H », comme dans certains passages du jugement rendu par le tribunal de grande instance de Kinshasa-La Gombe, le 20 juin.

2. Indienne et Bayombe

Son père, Chatur Shabudin, était de nationalité indienne. Sa mère, Élisabeth Ndenge Vangu, issue de l’ethnie bayombe, était quant à elle originaire de Seke-Banza, une localité du Kongo-Central.

3. Famille recomposée

Vital Kamerhe et son épouse Hamida Chatur Kamerhe, en juin 2020, à la prison de Makala.

Vital Kamerhe et son épouse Hamida Chatur Kamerhe, en juin 2020, à la prison de Makala. © DR

À la barre, elle s’est présentée comme la mère d’une famille recomposée « de quatorze enfants ». Il faut dire qu’on lui connaît trois unions : une avec la star congolaise de ndombolo, JB Mpiana, dont elle a eu trois enfants (Daida, Soraya et Junior), une autre avec l’homme d’affaires congolais Didi Kinuani, dont elle a eu un fils, Diams. Et, enfin, avec Vital Kamerhe, en février 2019. De leur mariage est né un garçon, Isaac. Il y a quelques années, elle était réputée proche de Maurice Nguesso, grand-frère du président du Congo, Denis Sassou Nguesso.

4. Femme d’affaires

Elle commence à travailler dès l’âge de 20 ans : dans le prêt-à-porter, puis dans le commerce de produits vivriers et dans l’importation de meubles. Aux juges qui ont condamné son mari, elle a expliqué exercer désormais dans l’immobilier.

5 . Faste

Les images de son fastueux mariage avec Vital Kamerhe avaient fait le tour les réseaux sociaux. La dot remise à sa famille (trente-deux vaches et une forte somme d’argent dont le montant n’a jamais été confirmé) avait en particulier alimenté les fantasmes. Devant les magistrats, elle a également détaillé plusieurs des cadeaux de mariage qu’elle et son époux avaient reçus. Parmi eux : quatre voitures neuves.

6. Colombe

Elle a beau être connue pour son goût du luxe et des vêtements griffés, elle a aussi créé une fondation, La Colombe, qui intervient dans les domaines de l’éducation et de la santé tout en soutenant des personnes vulnérables ainsi que des femmes entrepreneures.

7. Visites

Elle a sa carte de membre de l’Union pour la nation congolaise (UNC), mais ne participe pas à la vie du parti de son mari, auprès duquel elle joue davantage un rôle de conseillère officieuse. Depuis l’incarcération de ce dernier, le 8 avril, elle se rend tous les jours à la prison de Makala.

8. Proche des Tshisekedi

Félix Tshisekedi avec son épouse, Denise Nyakeru, le soir du 9 janvier à l'annonce des résultats de la présidentielle, devant Vital Kamerhe et sa femme Amida.

Félix Tshisekedi avec son épouse, Denise Nyakeru, le soir du 9 janvier à l'annonce des résultats de la présidentielle, devant Vital Kamerhe et sa femme Amida. © Trésor Kibangula/JA

Elle a été aux côtés de son mari – et donc du couple Tshisekedi – pendant toute la campagne électorale. Elle est depuis restée proche de Denise Nyakeru Tshisekedi, devenue première dame.

9. Sous pression

À l’issue du procès, la justice a ordonné la confiscation des fonds placés sur son compte ainsi que sur celui de sa fille, Soraya Mpiana. La saisie d’une propriété à son nom, située dans la commune de N’Sele, a également été décidée. Citée par Hamida Chatur comme étant la personne qui gère certaines de ses transactions, Marie Josée Mengi, l’une de ses proches collaboratrices, a été placée sous contrôle judiciaire.

10. Patrimoine

La justice congolaise souhaite désormais identifier les biens que le couple aurait acquis avec des fonds détournés. Pendant les audiences a notamment été évoqué un hôtel particulier que les Kamerhe possèderaient à Paris. Ce que conteste l’avocat Pierre-Olivier Sur, qui cite une propriété à Maule (Yvelines, France), acquise par le couple en 2019, et une autre à Orgeval (toujours dans les Yvelines), achetée en 2011 et mise au nom d’Hamida Chatur.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte