Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Vital Kamerhe en RDC : un directeur de cabinet face à la justice »

Voir tout le sommaire
Justice

Procès Kamerhe : l’étrange meurtre du juge Raphaël Yanyi

Réservé aux abonnés | | Par - à Kinshasa
Mis à jour le 18 juin 2020 à 22h37
Le juge Raphael Yanyi, ici lors de l'une des audiences du procès Kamerhe.

Le juge Raphael Yanyi, ici lors de l'une des audiences du procès Kamerhe. © Capture d'écran RTNC

Selon le rapport d’autopsie, le magistrat qui présidait les audiences du procès Kamerhe est décédé après avoir reçu un ou plusieurs coups à la tête. Mais l’affaire comporte des incohérences et la famille de Raphaël Yanyi ne croit pas en la version officielle.

Que s’est-il vraiment passé dans l’après-midi du 26 mai ? Quand et comment a été tué Raphaël Yanyi, le juge qui, la veille encore, présidait avec opiniâtreté les audiences du procès le plus politique et le plus retentissant de ces dernières années, celui de Vital Kamerhe ? L’affaire, pleine d’incohérences, défraie la chronique.

Le 16 juin, le ministre congolais de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende, a affirmé que le magistrat de 55 ans était décédé dans la nuit du 26 au 27 mai « des suites d’une hémorragie intracrânienne résultant d’un traumatisme cranio-encéphalique ». Le rapport d’autopsie, rendu public le même jour, révèle que Raphaël Yanyi a reçu des coups « à un endroit très sensible du crâne », explique à Jeune Afrique Célestin Tunda Ya Kasende, et que ces coups « ont provoqué une coagulation du sang au niveau de la tête et qu’ils sont la cause principale de la mort ». Le ministre a donc annoncé « l’ouverture d’une enquête judiciaire devant permettre d’élucider les circonstances de ce meurtre, d’en identifier les auteurs et de les sanctionner avec toute la rigueur de la loi ».

Un meurtre donc, alors que dans les heures qui avaient suivi le décès, Miguel Bagaya, chargé des opérations de la police nationale, assurait que Raphaël Yanyi avait « succombé des suites d’une crise cardiaque » tandis que tout Kinshasa bruissait des rumeurs les plus folles.

Cette nouvelle version pose pourtant question. Ne serait-ce que parce qu’à l’autopsie, les deux médecins légistes (dont l’un a été mis à disposition par la Monusco) ont retrouvé des traces de « substances toxiques » dans l’organisme du défunt. Célestin Tunda Ya Kasende assure toutefois qu’elles étaient présentes « à dose non létale » et que l’empoisonnement n’est donc pas la cause du décès. Le juge, insiste-t-il, a succombé à des coups portés à la tête.

Sous protection constante

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte