Politique

Maroc : dix choses à savoir sur Fathallah Sijilmassi, le directeur général de la Commission de l’UA

Ancien ambassadeur du royaume auprès de l’Union européenne à Bruxelles et à Paris, ce diplomate chevronné a été nommé en octobre dernier au nouveau poste de directeur général de la Commission de l’Union africaine.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 mars 2022 à 11:28

Fathallah Sijilmassi. GRAF8850. BARCELONA, 24/02/2018.- El secretario general de la Unión por el Mediterráneo (UpM), el marroquí Fathallah Sijilmassi, durante la entrevista que ha concedido hoy a Efe © Marta Perez/EFE/MAXPPP

1. Économiste

Né le 21 août 1966 à Rabat, Fathallah Sijilmassi est diplômé de l’Institut d’études politiques de Grenoble en 1989, section économie européenne. Des études qu’il complètera plus tard par un doctorat en économie européenne à l’université des sciences sociales de Grenoble.

2. Banquier

Fathallah Sijilmassi a débuté sa carrière en 1989 à la Banque commerciale du Maroc (BCM), propriété du holding royal, où il a occupé différentes fonctions, dont celui de représentant de la banque à Milan de 1990 à 1992, date à laquelle il quitte le monde des cols blancs pour intégrer le secteur public, et tout particulièrement le ministère du Commerce extérieur.

3. Négociateur redoutable

Dès avril 1992, à son entrée au cabinet du ministre du Commerce extérieur, Fathallah Sijilmassi est chargé du dossier des négociations avec l’UE, du fait de ses compétences économiques. Plus tard, il occupe également le poste de chef du service des relations commerciales bilatérales au ministère de Commerce extérieur entre avril 1993 et ​​décembre 1994, avant d’être nommé directeur des relations commerciales internationales au même département de décembre 1994 à 1999.

Il a également été directeur de la coopération multilatérale en 1999 et 2000. C’est dans ce cadre qu’il participe aux négociations de l’accord d’association entre le Maroc et l’UE, ainsi que l’accord de libre-échange entre le royaume et les États-Unis. Un succès qui lui vaudra d’être nommé par le roi Mohammed VI ambassadeur du Maroc auprès de l’UE à Bruxelles.

4. Diplomate-né

Fathallah Sijilmassi a en quelque sorte la diplomatie dans le sang. Il est le fils de Mohamed Sijilmassi, un des diplomates les plus en vue sous le règne du défunt roi Hassan II. Avec son frère Tarik Sijilmassi, le président du directoire du Crédit agricole Maroc, il a passé son enfance et sa jeunesse dans différents pays, au gré des nominations de leur père, ambassadeur du Maroc en Russie, au Danemark et en Algérie.

Son mandat à l’Amdie est marqué par un afflux d’investissements étrangers vers le royaume, dont l’usine de Renault à Tanger

Une expérience qui a contribué à le préparer aux postes à responsabilités qu’il occupera plus tard, tels que celui d’ambassadeur auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) en 2003 et 2004, ou encore celui d’ambassadeur du Maroc en France, de 2004 à 2008.

5. Renault à Tanger

Fathallah Sijilmassi a été nommé directeur de l’Agence marocaine pour le développement des investissements et des exportations (Amdie) en 2009, établissement public placé sous la tutelle du ministère de l’Industrie et du Commerce. Il y restera jusqu’en 2012.

Durant cette période, il a su mettre à contribution son carnet d’adresses très fourni pour développer cette institution alors toute jeune, qui a vocation à attirer les investisseurs, nationaux ou étrangers, et promouvoir la destination Maroc. Son mandat sera marqué par un afflux important d’investissements directs étrangers vers le royaume, dont l’usine de Renault à Tanger.

6. Méditerranée

En 2012, Fathallah Sijilmassi succède à son compatriote et collègue au ministère des Affaires étrangères, Youssef Amrani, au poste de secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UPM), après une élection à l’unanimité.

Cette institution, dont le siège est situé à Barcelone, a pour but de promouvoir la stabilité dans la région méditerranéenne en améliorant l’intégration Nord-Sud et Sud-Sud et en soutenant le développement socio-économique des pays. Durant son mandat, Fathallah Sijilmassi a mené à bien plusieurs projets, tels que la station de dessalement à Gaza en Palestine ou encore la création de l’Université euro-méditerranéenne de Fès.

7. Consultant

En 2018, Fathallah Sijilmassi se lance dans le conseil en créant Positive Agenda Advisory. Un cabinet axé sur l’accompagnement des grandes institutions, telles que l’UE et ses bailleurs (Banque européenne d’investissement, Banque européenne pour la reconstruction et le développement, etc.), l’Agence française de développement (AFD), l’UA, mais aussi sur le soutien des entreprises marocaines souhaitant s’internationaliser, ou des firmes européennes investissant au Maroc ou en Afrique.

8. Auteur primé

Fathallah Sijilmassi a publié en 2020 L’avenir de l’Europe est au Sud – préfacé par Hubert Védrine, ancien chef de la diplomatie française –, dans lequel il souligne l’importance pour l’axe Europe-Méditerranée-Afrique de se remettre au centre du jeu des grandes transitions géoéconomiques mondiales. L’ouvrage a obtenu le Prix du livre économique francophone.

9. Afro-optimiste

Dans le sillage du retour du Maroc à l’UA, Fathallah Sijilmassi a été nommé, à la fin de 2021, directeur général de la Commission de l’UA (CUA), soit le poste non électif le plus haut dans la hiérarchie de la CUA.

Une fonction créée au terme du 11e sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernements de l’UA en novembre 2018, dans le cadre de la réforme structurelle de la CUA.

À ce poste, cet afro-optimiste convaincu a, entre autres, la charge de conduire la gouvernance transversale des structures de la CUA, d’assurer la coordination opérationnelle entre les différents départements et avec les États membres, ainsi que la responsabilité de veiller à une performance optimale de la technostructure panafricaine telle que préconisée dans la réforme Kagamé.

10. Décorations

Fathallah Sijilmassi a été décoré à plusieurs reprises par les autorités de différents pays : grand officier de l’ordre national du Mérite (France), officier de la Légion d’honneur (France), encomienda de numero de l’ordre d’Isabel la Catolica (Espagne), Star of Merit (Palestine)… Des distinctions qui viennent couronner son vaste travail de promotion de l’image du royaume, mais aussi son activité au sein du « Groupe d’impulsion économique franco-marocain » et de « Maroc Hexagone ».