Dossier

Cet article est issu du dossier «Décès d’Idriss Déby Itno : le Tchad sous le choc»

Voir tout le sommaire
Politique

Tchad : comment Mahamat Idriss Déby a pris la tête du Conseil militaire de transition

Réservé aux abonnés | | Par - avec Vincent Duhem
Mahamat Idriss Déby, désormais président du Comité militaire de transition (CMT) qui dirige le pays, assiste aux funérailles de son père Idriss Déby Itno, le 23 avril 2021.

Mahamat Idriss Déby, désormais président du Comité militaire de transition (CMT) qui dirige le pays, assiste aux funérailles de son père Idriss Déby Itno, le 23 avril 2021. © Christophe Petit Tesson/Pool via REUTERS

Il n’était pas forcément le plus connu des fils d’Idriss Déby ni le plus connecté à l’international ou dans le monde des affaires. Mais Mahamat Idriss Déby, 37 ans, a su s’imposer à la tête du CMT, qui va gouverner le pays pendant au moins dix-huit mois, passant brutalement de l’ombre à la lumière.

Combien de fois le jeune homme a-t-il arpenté ces mêmes couloirs du Palais rose, au côté ou à quelques mètres de la silhouette élancée et légèrement bedonnante d’Idriss Déby Itno ? Combien de fois a-t-il entendu l’ancien président donner des ordres à un membre du gouvernement ou de son cabinet ? Combien de fois, enfin, a-t-il observé le maréchal du Tchad, décédé dans la nuit du 18 avril, détailler ses stratégies à des officiers au garde-à-vous ? Ce 21 avril, Mahamat Idriss Déby est devenu le maître des lieux. L’ombre de son père plane encore sur le palais présidentiel comme sur l’ensemble du pays, mais c’est désormais ce fils de 37 ans en treillis et béret rouge, discret par nature, qui en tient les rênes.

Les réunions s’enchaînent à un rythme éprouvant, en particulier en cette période de ramadan. Le général, numéro un du Conseil militaire de transition (CMT) qui dirige le pays depuis l’annonce du décès d’Idriss Déby Itno le 20 avril, reçoit à la présidence et explique sa vision des mois à venir. Bertrand Cochery, l’ambassadeur de France, est de la partie, tout comme Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union africaine, et Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel. Les chefs religieux ont aussi été conviés, comme les membres du Conseil national de dialogue politique et les présidents des grandes institutions du pays. Parmi eux : celui de l’Assemblée nationale. Ironie du sort, c’est à lui qu’aurait dû incomber la charge de la transition, selon la Constitution.

Officiellement, Haroun Kabadi a refusé de l’assumer. Mais en réalité, il n’en a jamais été véritablement question.

Barons du régime et de l’armée

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte