Politique
Idriss Déby Itno, au palais présidentiel de N’Djamena. © Vincent Fournier/JA

Cet article est issu du dossier

Décès d’Idriss Déby Itno : le Tchad sous le choc

Voir tout le sommaire
Politique

[Exclusif] Tchad : les dernières heures du président Idriss Déby

Le décès du président tchadien a été annoncé ce 20 avril. JA a reconstitué le récit détaillé de l’ultime bataille du maréchal. 

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 décembre 2021 à 11:31

Le président tchadien Idriss Déby Itno lors de l’opération Colère de Bomo, fin mars 2020. © DR / Présidence tchadienne.

Samedi 17 avril. La nuit est tombée sur N’Djamena et la plupart des Tchadiens n’ont qu’une chose en tête : rompre le jeûne du ramadan, qui a débuté moins d’une semaine plus tôt. Idriss Déby Itno (IDI) pense, lui, à tout autre chose. Depuis le 11 avril, des colonnes de rebelles sont entrées sur le territoire tchadien, en provenance de Libye.

D’après les derniers renseignements – français et tchadiens – en sa possession, les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT) ont fait une percée dans le Kanem. Ils sont au nord de la ville de Mao, à quelque 300 kilomètres de la capitale. 

Le maréchal a envoyé des renforts, mais les insurgés sont bien armés et disposent d’un matériel en partie russe amassé en Libye. IDI doute. Comme souvent, il prend la décision de se rendre sur le front. Comme en 2020 sur les rives du lac Tchad, il compte se montrer et galvaniser ses troupes.

Sur les coups de 22 heures, il monte à bord d’un véhicule Toyota blindé.

Convoi présidentiel blindé