Sécurité

[Tribune] Aux origines de la crise malienne

Par

Enseignant-chercheur à l'université de lettres et sciences humaines de Bamako

Un membre de la Minusma, à Mopti, en mai 2018. © Photo : Minusma

Minusma, Barkhane, G5 Sahel... Malgré les multiples dispositifs mis en place depuis janvier 2013, la situation sécuritaire au Mali reste plus que préoccupante. Quelle sont les finalités des actions militaires menées au Mali ? Quelle est l'utilité de cette présence militaire étrangère ?

Nul n’ignore le contexte du déclenchement de la rébellion qui ébranla le Nord-Mali fin 2012, ni la manière dont des Touaregs de la région de Kidal, puis des groupes extrémistes violents et partisans d’un islam rigoriste (Ansar Eddine d’abord, Al-Qaïda au Maghreb islamique et, plus récemment, le Front de libération du Macina) firent trembler Bamako.

Nul n’ignore non plus que les régions de Kidal, Tombouctou et Gao ont sombré dans le chaos avant que l’opération Serval, conduite par l’armée française à partir de janvier 2013, ne rétablisse un semblant de stabilité et d’accalmie dans le pays.

Mais bien avant cette intervention, il existait des éléments factuels de nature à inquiéter. On peut citer notamment la présence des narcotrafiquants, qui agissaient très souvent avec la complicité de la chefferie locale et d’une certaine hiérarchie militaire.

Le septentrion malien constituait

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte