Politique

Est de la RDC : nouveaux affrontements entre l’armée et le M23

Des responsables militaires et des habitants ont affirmé que le M23 contrôlait dimanche 23 octobre le village de Ntamugenga, une cible stratégique proche de la grande route menant à Goma.

Par
Mis à jour le 23 octobre 2022 à 17:51

Un motocycliste transporte des soldats tandis que d’autres patrouillent dans la zone de Kibumba qui a été attaquée par des rebelles du M23 lors d’affrontements avec l’armée congolaise, près de la ville de Goma, dans l’est de la RDC, le 1er juin 2022. © Photo by Guerchom Ndebo / AFP

Ces dernières semaines, la ligne de front était restée relativement calme. Mais de nouveaux heurts sont survenus jeudi 20 octobre, a indiqué samedi soir le Baromètre sécuritaire du Kivu, qui documente la violence dans la région.

Dimanche, des responsables militaires et des habitants ont fait état de la capture par les hommes du M23 du village de Ntamugenga, une cible stratégique proche de la grande route menant vers la capitale provinciale Goma.

À Lire RDC-Rwanda : et si la réélection de Tshisekedi dépendait du M23 ?

« La situation est morose ici. Le M23 vient de prendre Ntamugenga, a déclaré Célestin Nyamugira, le chef du village. Ils sont venus de la forêt et se sont infiltrés dans la cité. Il y a eu plusieurs blessés, des balles perdues et des éclats de bombes. Difficile de connaître le bilan. »

« Des blessés et des morts »

Le colonel Serge Mavinga a confirmé que « l’ennemi est déjà à Ntamugenga » et qu’il y avait « des blessés et des morts ». L’armée se trouve toutefois « à côté » de la localité, a-t-il ajouté.

Le bilan de ces affrontements reste incertain. Selon le Baromètre sécuritaire du Kivu, au moins deux civils ont perdu la vie et une douzaine ont été blessés. Des responsables médicaux de l’hôpital régional de Rutshuru ont fait état de leur côté de quatre personnes tuées et huit autres blessées vendredi et samedi.

Le M23, ancienne rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013, a repris les armes en fin d’année dernière en reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté des accords sur la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. Le M23 a depuis conquis du terrain dans la province du Nord-Kivu, notamment en juin la ville stratégique de Bunagana, à la frontière avec l’Ouganda.

À Lire RDC : après la prise de Bunagana, la fin de l’entente entre Tshisekedi et Museveni ?

Kinshasa accuse Kigali de soutenir cette rébellion, ce que le Rwanda conteste. En dépit des dénégations officielles de Kigali, un rapport non-publié de l’ONU pointait une implication du Rwanda auprès du M23.

(Avec AFP)