Politique

Est de la RDC : Félix Tshisekedi peut-il vraiment compter sur la force régionale conjointe ?

Quatre mois après l’annonce de son lancement, la force régionale de l’EAC peine à exister sur le terrain. Malgré les problèmes de financement et les divergences stratégiques, Kinshasa se veut rassurant. Jeune Afrique a pu se rendre au quartier général des futures troupes, à Goma.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à Goma
Mis à jour le 1 novembre 2022 à 18:08

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, le lieutenant-général Constant Ndima Kongba (à g.), en visite aux installations du QG en cours d’implantation de la Force régionale de la communauté des États de l’Afrique de l’Est, à Goma. en RDC. © Gouvernorat de la Province du Nord-Kivu.

Le quartier général de la force régionale des Communautés d’Afrique de l’Est (EAC, en anglais) passerait presque inaperçu si ce n’était la rangée de drapeaux – ceux des sept pays membres – qui surplombent les deux petits miradors encadrant le portail d’entrée. Installé à l’entrée d’un chemin de terre au bout duquel se situe le jadis très fréquenté hôtel Karibu, l’immeuble blanc de quatre étages aux vitres vertes semble assez banal. Unique fantaisie architecturale autorisée : deux fausses défenses d’éléphant entourent, sur le toit du bâtiment, la plaque de l’EACRF, l’acronyme de la force.

À Lire RDC : force régionale, M23… Les coulisses du huis clos tendu de Nairobi

Ce 18 octobre, trois militaires surveillent, de l’autre côté de la route, les va-et-vient des passants. Une poignée de militaires kényans circulent encore dans la cour, mais il n’y a là que des officiers congolais ou presque. Le plus haut gradé se trouve au troisième étage. Général de brigade au sein de l’armée congolaise, Emmanuel Kaputa est l’un des deux commandants adjoints de la force régionale. Il doit en principe seconder le général kényan Jeff Nyagah, nommé à la tête de l’EACRF. Rentré à Nairobi, ce dernier n’est pas encore revenu à Goma. En attendant, le général Kaputa est seul aux manettes.

« L’arrivée des soldats ? C’est imminent ! »