Économie

Côte d’Ivoire, Burkina, Sénégal, Maroc… Les nouveaux fronts de la bataille du rail en Afrique

Améliorer le réseau ferré local : une nécessité pour le développement du continent. Mais si les projets ne manquent pas, nombre d’entre eux tardent à voir le jour. Qu’en est-il de l’état réel des voies ? Et où en sont les futures lignes prévues ? Décryptage en infographie.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 février 2022 à 16:24

Photomontage JA Bloomberg Pictures Of The Year 2019: Extreme Business. Incomplete rail tracks for the Standard Gauge Railway (SGR) line lay on the ground near Duka Moja, Kenya, on Thursday, May 9, 2019. © Luis Tato/Bloomberg via Getty

À l’heure où le transport ferroviaire mondial connaît une relance générale, le continent africain, lui, souffre d’un réseau très dégradé. Le rail reste pourtant perçu par nombre de dirigeants comme le meilleur moyen pour désenclaver l’ensemble d’un territoire national ou transnational (comme en témoigne notamment le projet du Transsahélien, qui s’inscrit dans une logique de sécurisation de la région), et pour reprendre la main sur des ressources naturelles souvent difficiles d’accès. Mais qu’en est-il de la situation réelle du secteur ?

La France et la Chine à l’offensive

Un réseau efficient ? Seuls le Nord du continent et l’Afrique du Sud peuvent s’en enorgueillir, en vertu de leur politique ferroviaire volontariste. Avec son Plan Rail Maroc 2040, le royaume veut même doubler son réseau, et compte atteindre les 132 millions de voyageurs annuels. Coût total de l’opération : 35 milliards d’euros. De quoi attirer les investisseurs étrangers… La France a ainsi largement participé à la construction du premier tronçon de la future ligne qui reliera Tanger à Casablanca, marquant la naissance de la première LGV africaine. Quant à la Chine, elle se positionne en coulisse pour la ligne Agadir-Marrakech.

À Lire Côte d’Ivoire, Burkina, Cameroun : Bolloré Railways et ses pairs peuvent-ils se remettre sur les rails ?

Car dans ce secteur aussi, Pékin est de la partie : via ses nouvelles routes la soie, l’empire du Milieu finance et construit de nouvelles lignes en échange d’un accès favorisé aux matières premières des pays concernés. Après avoir soutenu le développement ferroviaire de l’est du continent, c’est désormais à l’ouest que s’intéresse la puissance asiatique. Qui a d’ailleurs raflé le marché de la réhabilitation de la ligne Cotonou-Parakou, chantier jusqu’alors embourbé dans un conflit entre le groupe Bolloré, Petrolin et l’État Béninois. Un match qui semble définitivement plié pour Bolloré, puisqu’il cède l’ensemble de ses activités en Afrique de l’Ouest.

Dépasser le stade des belles promesses

L’Afrique de l’Ouest : une zone qui regorge de ressources naturelles et où, davantage que l’exploitation de lignes destinées aux voyageurs, c’est surtout le transport de fret qui aiguise tous les appétits. Le nord du Burkina Faso, avec ses mines d’or et de manganèse, gagnerait ainsi à être mieux desservi. Quant au Sénégal, qui peine à trouver les financements pour rénover son réseau, il inclut dans son projet de rénovation de ligne reliant Dakar à Tambacounda des bretelles qui rejoindront différents sites miniers et industriels.

Car qui dit absence de réseau opérationnel existant dit aussi frein au développement. Mais poser des rails n’est pas qu’un enjeu pour la croissance économique du continent. Cela peut aussi, parfois, avoir une haute portée symbolique, à l’instar du projet de ligne transafricaine reliant l’ouest à l’est du continent. Qu’en est-il de l’état actuel du réseau ferré africain ? Quels grands projets sont prévus ? Ont-ils dépassé le stade des belles promesses ? Certains, dont les montants chiffrés s’avèrent astronomiques, ne relèvent-ils pas de simples chimères ? La réponse en infographies.

À Lire Ligne ferroviaire Dakar-Bamako : le long chemin de la réhabilitation

infographie_web-ja_RAIL_abj_v6-01

infographie_web-ja_RAIL_abj_v6-01

infographie_web-ja_RAIL_abj_v6-02

infographie_web-ja_RAIL_abj_v6-02

infographie_web-ja_RAIL_abj_v6-03

infographie_web-ja_RAIL_abj_v6-03