Société

L’œil de Glez : au Mali, des enseignants fictifs à la louche

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

© Glez

À Bamako, c’est un ministre de l'Éducation abasourdi qui vient de rendre publics les résultats d’un recensement des enseignants maliens. Les professeurs fictifs sont légion…

Fonctionnaires fictifs, électeurs fictifs, projets de développement fictifs… Ce n’est pas une surprise : le continent africain est passé maître en matière de fiction professionnelle. Au Mali, c’est une cohorte d’enseignants « imaginaires » qui vient d’être détectée. Dans les écoles communautaires qui bénéficient, pour la plupart, de subventions de l’État, 10 000 des 16 000 professeurs recensés, jusque-là, n’existeraient pas ou plus.

Des milliers de cas litigieux

Ces serviteurs « invisibles » de l’enseignement primaire coûteraient pourtant à l’État plusieurs milliards de francs CFA par an, selon les résultats d’enquêtes diligentées par les autorités maliennes. Les cas litigieux seraient répartis entre des doubles enregistrements de professeurs vivants et les immatriculations de maîtres décédés dont les salaires continuaient d’être versés.

Ces approximations plus ou moins malveillantes se retrouvent également au niveau des établissements et des élèves. En ce qui concerne les écoles communautaires, 1 700 ont été formellement identifiées, à l’issue du récent contrôle, alors que les statistiques indiquaient 5 000 déclarations d’institutions scolaires de cette nature.

Certains élèves formellement fictifs auraient achevé ou suspendu leur scolarité, tout en figurant dans le fichier des inscrits

Et les écoliers ne sont pas en reste. Alors que l’Afrique est tristement fameuse pour la surpopulation de ses classes, il semble que les chiffres réels pourraient parfois être revus à la baisse. Certains élèves formellement fictifs auraient achevé ou suspendu leur scolarité, tout en figurant dans le fichier des inscrits, tandis que d’autres apparaîtraient conjointement sur la liste de plusieurs établissements.

Quid des responsables ?

Si cette libération d’espace sur les bancs pourrait ressembler à une bonne nouvelle, ce statut d’écolier fictif n’en est pas une, certains responsables des établissements scolaires concernés percevant des subventions publiques notamment calculées sur le nombre de ces absents.

Comment, au-delà des sanctions, éradiquer ce genre de comportements inciviques ? Question d’éducation, et donc… d’enseignement

Sur les 41 milliards de francs CFA déboursés par l’État, par an, pour le paiement des frais scolaires, 8 milliards – un peu plus de 12 millions d’euros – constitueraient le manque à gagner. Dans ce pays qui peine déjà à sécuriser l’enseignement sur l’ensemble de son territoire, il reste à situer les responsabilités.

Il y a tout juste un an, c’est le Niger voisin qui était confronté à pareille situation. Après une enquête de la Haute autorité de lutte contre la corruption et infractions assimilées, l’État découvrait qu’il déboursait 4,8 milliards de FCFA pour 3 000 enseignants contractuels dont les autorités ne retrouvaient pas la trace.

Comment, au-delà des sanctions, éradiquer ce genre de comportements inciviques ? Question d’éducation, et donc… d’enseignement.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte