La une homophobe de « Maroc Hebdo » provoque (encore) un tollé

La Une de "Maroc Hebdo" sur l'homosexualité fait scandale au Maroc. © Capture d'écran/Facebook "Maroc Hebdo"

"Faut-il brûler les homos ?" La une homophobe de l'hebdomadaire marocain provoque l'indignation, en plein débat sur la dépénalisation de l'homosexualité.

La Une de « Maroc Hebdo » fait à nouveau beaucoup de bruit. Et pour cause : en plein débat sur la dépénalisation de l’homosexualité dans le royaume, l’hebdomadaire conservateur titre : « Faut-il brûler les homos ? »

Les réactions à cette manchette homophobe n’ont pas tardé à affluer. « Scandaleux », s’indigne l’association Stop homophobie : « L’homosexualité est passible de prison, mais ce genre de couverture peut faire la UNE au Maroc sans craindre aucune condamnation ? »

La publication de cette une sur Facebook provoque aussi des critiques à l’encontre du réseau social :

La criminalisation de l’homosexualité n’en finit pas de susciter le débat dans le royaume chérifien, où l’article 489 du Code pénal condamne tout « acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ».

Les débats ont été relancés début juin, après l’arrestation de deux hommes qui s’étaient embrassés en public. En décembre 2014, deux homosexuels avaient par ailleurs été condamnés à trois ans de réclusion, avant que leur peine ne soit réduite à six mois et un an de prison.

Un hebdomadaire habitué aux polémiques

Mais le débat est aussi revenu dans l’actualité après les fuites, dans les médias, des conclusions d’un rapport recommandant la dépénalisation de l’homosexualité, souligne Tel Quel. L’enquête, menée par l’Association lutte contre le sida (ALCS), l’Onusida (agence des Nations unies de lutte contre le sida) et le ministère de la Santé concluait à « l’urgence de décriminaliser l’homosexualité », rapporte « Médias24 ».

La position du ministère de la Santé, qui avait déjà pris position pour la libéralisation de l’avortement, a fait bondir les conservateurs, jusqu’à atteindre un point d’orgue avec la une de « Maroc Hebdo ». L’hebdomadaire n’en est pas à sa première polémique : en novembre 2012, il avait fait scandale avec sa Une  sur « Le péril noir ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici