Dossier

Cet article est issu du dossier «La Tunisie face au terrorisme»

Voir tout le sommaire
Défense

Lutte antiterroriste en Tunisie : avec les chasseurs de mines de Bizerte

À Bizerte, exercice de sondage, à la recherche d’engins explosifs. © photos : Ons Abid pour ja

Pour désamorcer les engins explosifs disséminés par les groupes terroristes dans l’Ouest, le pays s’est doté d’un centre d’excellence. Nous l’avons visité, en exclusivité.

Son pied s’abat lourdement sur la terre. Un son aigu retentit. « Vous voyez, là, ça sonne, relève le colonel Ahmed Ben Abdallah dans un demi-sourire. Dans la réalité, ça aurait explosé. » Bienvenue dans la routine mordante de l’équipe de déminage du 61e génie tunisien ! Sa base, dans la région de Bizerte (Nord), accueille depuis juin 2015 le premier centre d’excellence de lutte contre les mines et engins explosifs improvisés (IED). Huit cents soldats y ont déjà été formés.

Derrière le colonel de 46 ans qui dirige cette structure militaire ultraspécialisée : ciel bleu et champs d’oliviers. Ici, tout est contraste. La vue plonge au loin sur la plénitude du lac de Bizerte, dont le chenal se jette en Méditerranée. Sans un bruit, une colonne d’hommes kaki se plaquent au sol. À sa tête, un jeune lieutenant plante un drapeau de signalisation orange et sonde la terre. Sa vie tient à la précision de ses gestes. « En levant le poing, il stoppe toute une compagnie. Dans quelques semaines, il sera sur le terrain », souligne son supérieur.

Réalités du terrain

« Mon colonel, nous avons détecté un camp terroriste derrière ces buissons après avoir clarifié la route et sécurisé la zone, l’aviation nous appuie », rapporte le lieutenant. Le scénario est censé se dérouler sur le mont Salloum, à proximité du massif de Chaambi, près de la frontière algérienne. Deux groupes armés y sévissent : la katiba Okba Ibn Nafaa, affiliée à Al-Qaïda, et Jund al-Khilafa, proche de Daesh.

Âgé de 26 ans, le lieutenant a déjà passé deux ans dans la région, près de Kasserine. La « zone rouge » dans le jargon militaire. Jusque-là « homme de fouilles » muni d’un simple détecteur, il s’apprête à devenir « opérateur », un artificier démineur apte à manipuler et neutraliser tout type d’IED. « C’est nécessaire d’apprendre la technique et d’acquérir de la confiance », lâche-t-il.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte