Elections

Cameroun : « Paix », « Unité », « Stabilité », le slogan de Paul Biya pour la présidentielle ?

Le président camerounais Paul Biya mettant son bulletin dans l'urne lors de l'élection présidentielle du 9 octobre 2011, à Yaoundé. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Si la campagne pour l’élection présidentielle ne débutera officiellement que le 24 septembre prochain, Paul Biya en a d’ores et déjà proposé les thèmes. Dans ses discours, le « cap » du président camerounais apparaît déjà clairement.

Il est des présidents dont la parole est rare. Paul Biya est de ceux-là. Avare en discours, le chef de l’État camerounais ne s’exprime en public que lors de grandes occasions. Et encore… Vœux pour la nouvelle année, discours au corps diplomatique, allocution à la jeunesse, rares messages via des communiqués et quelques phrases sur les réseaux sociaux… Biya sait se faire discret.

Mais le message n’en est pas moins clair. Et, à quelques mois d’une présidentielle à laquelle personne ne doutait vraiment qu’il finirait par se présenter, c’est un axe de campagne qui se dégage. Jeune Afrique a passé la communication présidentielle au peigne fin, du 31 décembre 2017 à aujourd’hui, alors que la campagne numérique du président-candidat se met en place pour le scrutin du 7 octobre.

Parmi les mots les plus prononcés par Paul Biya : « Ensemble », « Nation », « Paix », « Unité », « Stabilité », « Efforts », « Défis », « Poursuivre », « Cap », « Solidarité », « Sécurité »… Tout un programme, pour un président au pouvoir depuis 1982, dont les équipes se font d’ailleurs les hérauts depuis plusieurs mois, avant même l’annonce officielle de la candidature.

Nuage de mots, réalisé à partir des discours de Paul Biya depuis le 31 décembre 2017. © J.A.

La carte du père de l’unité camerounaise

Dans un clip de campagne diffusé ces derniers jours sur les réseaux sociaux, le mot d’ordre est tout aussi clair : « L’histoire du Cameroun n’est pas celle de frères et de sœurs qui s’entre-déchirent mais celle d’une famille qui reste unie dans la prospérité. Alors quand on parle du Cameroun, de notre Cameroun, du berceau de nos ancêtres, le meilleur choix restera toujours le choix de la stabilité, Paul Biya. »

« Paul Biya va jouer à fond la carte du père de l’unité camerounaise, face à des candidats qu’il va associer à la crise anglophone, au tribalisme, à l’agitation médiatique », explique un politologue camerounais, qui ajoute : « Il n’a pas besoin de s’exprimer abondamment : les Camerounais ont déjà intégré le message et il va être répété par ses hommes dans les médias jusqu’en octobre. »

« C’est pour cela que Biya a laissé la situation pourrir en zone anglophone : ça lui permet d’être le garant de l’État camerounais face aux sécessionnistes », poursuit un autre observateur de la scène politique camerounaise. Parmi les mots les plus prononcés par le chef de l’État : « Patriotes », « Danger », « Menaces », « Défense », « Sécessionnistes »… La campagne, qui n’a pas encore officiellement débuté, a déjà ses mots clés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte