Défense

L’Arabie saoudite annonce un soutien de 100 millions de dollars au G5 Sahel

Des soldats maliens dans la région de Mopti, dans le centre du pays, en 2012. © Francois Rihouay/AP/SIPA

À l'issue d'une réunion de soutien au G5 Sahel ce mercredi à la Celle Saint-Cloud, en banlieue parisienne, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle soutenait la mise en place de la force conjointe de l'organisation sahélienne à hauteur de 100 millions de dollars. De leur côté, les Émirats arabes unis donneront 30 millions de dollars.

Le budget global est encore loin d’être bouclé, mais les différentes contributions s’additionnent peu à peu. Après l’annonce par les États-Unis d’une aide bilatérale directe de 60 millions de dollars aux pays membres du G5 Sahel, l’Arabie saoudite a officialisé, ce mercredi 13 décembre, l’octroi d’un soutien financier de 100 millions de dollars à l’organisation sahélienne.

Pressentie depuis plusieurs jours, cette annonce a été faite après une réunion de soutien au G5 Sahel, organisée par la France au château de la Celle Saint-Cloud, près de Paris, à laquelle a pris part Adel Al-Jubeir, le ministre saoudien des Affaires étrangères. Un autre pays du Golfe a aussi annoncé qu’il mettrait la main à la poche pour accompagner la montée en puissance de la force conjointe du G5 Sahel : les Émirats arabes unis, qui apporteront une aide de 30 millions de dollars.

Les cinq président présents

Sur les près de 450 millions d’euros nécessaires au lancement de cette force conjointe, les deux tiers ont pour l’instant été réunis. Une nouvelle réunion de soutien financier au G5 Sahel se tiendra le 23 février prochain à Bruxelles avec pour objectif de boucler le financement – jusqu’à présent laborieux – de cette force.

Ce mercredi, les présidents des cinq pays membres du G5 Sahel – Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso), Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie), Mahamadou Issoufou (Niger) et Idriss Déby Itno (Tchad) – avaient répondu présents à l’invitation de leur homologue français Emmanuel Macron. Après une séance de travail entre eux, ils ont été rejoints par Moussa Faki Mahamat, le président de la commission de l’Union africaine (UA), Angela Merkel, la chancelière allemande, et Paolo Gentiloni, le Premier ministre italien.

« Nous devons intensifier l’effort »

« Il nous faut gagner la guerre contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne. Or, elle bat son plein : il y a des attaques chaque jour et il y a des États qui sont aujourd’hui menacés (…) Nous devons intensifier l’effort », a déclaré Emmanuel Macron à la conférence de presse de clôture de cette réunion. « Il y a urgence à faire en sorte que les forces du G5 Sahel aboutissent rapidement à des résultats », a pour sa part estimé Ibrahim Boubacar Keïta, président en exercice du G5 Sahel.

Après le lancement de sa première opération fin octobre aux frontières du Mali, du Burkina Faso, et du Niger, la force conjointe du G5 Sahel est censée être pleinement opérationnelle d’ici la fin du premier semestre 2018 et compter 5 000 militaires issus de ses cinq pays membres.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte