Politique

Centrafrique : colis piegé, Wagner accuse Paris

La Russie affirme que l’un de ses représentants à Bangui a été blessé vendredi par une explosion, attaque que le chef du groupe Wagner impute à la France, qui dément ces accusations.

Par
Mis à jour le 5 janvier 2023 à 14:46

Le chef du groupe Wagner, Evgueni Prigojine, à Saint-Pétersbourg, le 9 août 2016. © Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

« Le chef de la Maison russe [le centre culturel, NDLR] a reçu vendredi un colis anonyme, l’a ouvert et une explosion s’est produite », a indiqué le service de presse de l’ambassade russe, précisant que ce responsable, Dmitri Sytyi, était hospitalisé avec des « blessures sérieuses ». Peu après, le riche homme d’affaires russe proche du Kremlin et fondateur de Wagner, Evgueni Prigojine, a accusé la France et demandé au ministère russe des Affaires étrangères de lancer une procédure pour déclarer « la France comme État soutien du terrorisme ».

À Lire Centrafrique : l’un des patrons du groupe Wagner visé par un attentat à Bangui

Selon Evgueni Prigojine, Dmitri Sytyi, avant de perdre connaissance, avait lu une note accompagnant le colis qui disait « C’est pour toi, de la part de tous les Français, les Russes ficheront le camp d’Afrique ». Le chef de Wagner, qui a pendant des années nié diriger ce groupe avant de le reconnaître récemment, n’a fourni aucune preuve de la note évoquée. Il a assuré aussi que Dmitri Sytyi avait également reçu des menaces en novembre, visant son fils qui vit en France.

« Cette information est fausse »

La cheffe de la diplomatie française a démenti ces accusations quelques heures après. « Cette information est fausse et c’est même un bon exemple de la propagande russe et de l’imagination fantaisiste qui caractérise parfois cette propagande », a déclaré Catherine Colonna, à Rabat, où elle se trouvait en visite.

Wagner se livre à des exactions regrettables sur les populations civiles

« Cette milice [Wagner] se livre à des exactions regrettables sur les populations civiles et il y aurait beaucoup à dire sur elle, mais ce n’est pas le moment aujourd’hui », a-t-elle ajouté, alors que Paris accuse régulièrement le groupe Wagner d’orchestrer des manipulations des opinions publiques contre la France dans plusieurs pays africains et de s’y livrer à de la prédation économique sous couvert de contrats de protection des gouvernements.

Retrait militaire

La Centrafrique est au cœur de la stratégie d’influence russe en Afrique. Le rôle grandissant de Wagner a d’ailleurs conduit la France à se retirer militairement du pays. Les 47 derniers soldats français déployés en Centrafrique ont quitté le pays ce jeudi 15 novembre. La France avait décidé à l’été 2021 de suspendre sa coopération militaire avec Bangui, jugé « complice » d’une campagne antifrançaise téléguidée par la Russie.

À Lire Centrafrique : le départ des militaires français, inexorable effet domino ?

Cet « acte criminel » visait à « nuire au développement des relations amicales » entre Moscou et Bangui, a accusé pour sa part le ministère russe des Affaires étrangères, sans désigner toutefois de commanditaire présumé. Une source diplomatique russe à Bangui a indiqué que la victime avait reçu le colis à son domicile, qui n’est pas sur le territoire de l’ambassade. « Il l’a reçu, l’a ramené dans la Maison et l’a ouvert », a indiqué ce diplomate non identifié de l’ambassade russe en Centrafrique.

À Lire Russie-Afrique : l’ombre des mercenaires de Wagner

À la mi-journée, le quartier très fréquenté du centre culturel russe, situé dans le centre-ville de Bangui, près des ambassades de France et de Russie, était calme. Aucun dispositif policier n’était en place aux abords du site et la circulation était normale. Un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, a affirmé que le centre culturel russe allait rester ouvert malgré cette attaque. « Nous ne devons pas montrer de la peur face aux terroristes, ils n’attendent que cela », a affirmé Mikhaïl Bogdanov, tout en appelant à renforcer la sécurité de la mission diplomatique russe en Centrafrique.

(avec AFP)