Politique

Olivier Dubois, triste record de captivité pour un journaliste français

Ce samedi 8 octobre, cela fait exactement 18 mois qu’Olivier Dubois, collaborateur notamment de Jeune Afrique, a été pris en otage dans le nord du Mali. Dix-huit mois, 78 semaines, 547 jours. JA s’associe aujourd’hui à l’appel lancé par ses proches et ses soutiens.

Par
Mis à jour le 8 octobre 2022 à 10:05

Olivier Dubois est retenu en otage par l’organisation jihadiste GSIM au Mali depuis le 8 avril 2021. © AFP PHOTO / UNKNOWN SOURCE

Depuis les otages au Liban, dans les années 1980, il y a plus de trente ans, aucun journaliste français n’a été retenu en captivité aussi longtemps. Olivier Dubois est journaliste, un métier qu’il exerce au Mali, un pays où les tensions politiques et sécuritaires sont vives et n’ont fait que s’aggraver depuis le jour de sa disparition.

À Lire Mali : Olivier Dubois, 15 mois de trop aux mains des jihadistes

Comme de nombreux journalistes, pour essayer de vivre de son métier, Olivier Dubois travaille pour plusieurs médias. Il collabore notamment à Libération, Le Point et Jeune Afrique. Mais depuis dix-huit mois, c’est le silence. On ne le lit plus. On ne l’entend plus. Et ce n’est plus supportable. Ses enfants ont déjà fêté deux anniversaires sans leur père.

Écrire son nom

Dix-huit mois de silence. D’inquiétude. D’interrogations. Nous ne savons pas grand-chose. Nous savons qu’il était parti interviewer un chef jihadiste à Gao, dans le nord du pays. Qu’il est depuis retenu en otage par le JNIM, le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans, affilié à Al Qaïda.

Seules deux vidéos d’Olivier nous sont parvenues. La dernière a été diffusée en mars dernier. Depuis, rien. Nous renouvelons aujourd’hui notre appel aux autorités françaises pour qu’elles intensifient leurs efforts pour obtenir sa libération au plus vite.

Nous appelons les journalistes et le public à continuer de parler d’Olivier Dubois, à dire et à écrire son nom, pour que personne, nulle part, ne l’oublie