Politique

Côte d’Ivoire : en coulisses, le dialogue entre Ouattara et Bédié se poursuit

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 30 novembre 2020 à 17:49

Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, le 11 novembre à Abidjan. © Issouf SANOGO / AFP

Si, officiellement, les négociations entamées le 11 novembre au Golf hôtel d’Abidjan sont suspendues, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié restent en contact. Jeune Afrique fait le point sur les discussions en cours. 

Avant de se rendre le 27 novembre dans sa résidence secondaire de Mougins, dans le sud de la France, Alassane Ouattara (ADO) a accéléré les pourparlers avec Henri Konan Bédié, qu’il qualifie en coulisses « d’opposant intelligent ». Les deux hommes devraient à nouveau se rencontrer avant la fin de décembre.

Vers un retour de Mabri Toikeusse

Le chef de l’État ivoirien a multiplié les signes de dégel. Selon nos informations, il s’est ainsi dit favorable à un retour dans le pays de son ancien ministre Albert Mabri Toikeusse, le chef de l’Union pour la démocratie et la paix (UDPCI), en exil au Ghana.

Le 25 novembre, il a par ailleurs ordonné la libération de plusieurs cadres du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dont les sénateurs Bassy Koffi Bernard, Seri Bi Guessan et Valérie Yapo. Ces personnalités avaient été arrêtées le 3 novembre dans la résidence de Henri Konan Bédié, à Cocody-Ambassades.

Autre signe de bonne volonté d’ADO, certaines restrictions ont été levées concernant les conditions de détention de Pascal Affi N’Guessan, le chef du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo, accusé de « sédition » par les autorités. Son épouse, Angeline Kili, peut désormais communiquer avec son époux et lui rendre visite.

L’ancien président, qui se trouve toujours à Bruxelles, a quant à lui donné carte blanche à Henri Konan Bédié pour qu’il discute avec ADO en son nom, sur tous les sujets. Celui de son passeport avait ainsi été abordé par le chef du PDCI le 11 novembre.