Nkosazana Dlamini Zuma, avant et après l’Union africaine

Par Jeune Afrique

Nkosazana Dlamini Zuma, ancienne présidente de la Commission de l'Union africaine, à Paris au siège de l'UNESCO, le 15 novembre 2012. © Vincent Fournier/JA

C’est dans sa résidence d’Addis-Abeba que l'ex-présidente de la Commission de l'UA a choisi de fêter ses 68 ans, le 29 janvier, juste avant l’élection de son successeur au sein de l'organisation panafricaine.

Parmi les invités figuraient justement trois des candidats : le Tchadien (et futur gagnant) Moussa Faki Mahamat, le Sénégalais Abdoulaye Bathily et la Kényane Amina Mohamed.

Les filles de Mme Dlamini-Zuma ont coupé le gâteau devant une centaine de convives, parmi lesquels Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, et la plupart des ministres des Affaires étrangères de la Sadec (communauté de développement d’Afrique australe).

Passé les festivités, Dlamini-Zuma s’est attelée à préparer le passage de relais pour se consacrer pleinement à sa future carrière politique en Afrique du Sud. Mais elle devra aller plus vite qu’elle ne le souhaitait : le nouveau président de l’UA, Alpha Condé, lui a donné jusqu’au 1er mars pour faire ses cartons, soit un peu plus de quatre semaines, alors qu’elle lui en avait demandé six.