Extension Factory Builder
24/01/2013 à 18:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À Abidjan, cinq hebdomadaires et un mensuel se partagent le marché. À Abidjan, cinq hebdomadaires et un mensuel se partagent le marché. © Camille Millerand / J.A.

La presse people connaît un véritable engouement en Afrique de l'Ouest. Certaines publications remportent même un franc succès.

« Il y a vingt ans, on nous traitait de fous. Pourtant, on avait vu juste : le people, ça intéresse tout le monde ! » se réjouit Moses Djinko (45 ans), grand prêtre de la presse people en Côte d'Ivoire. En 1993, avec quelques amis, il lance le premier journal du genre, Top Visage, un tabloïd 100 % show-business. Sacré challenge dans un pays où même l'actualité culturelle était reléguée en fin de journaux. « Pour le premier numéro, on a tablé sur 13 000 exemplaires, se souvient-il. Mais très vite nous avons augmenté les tirages : le journal faisait un carton ! » Douze ans plus tard, en 2005, Top Visage tirait à 60 000 exemplaires - et avait, par la même occasion, ouvert la voie à d'autres initiatives. À Abidjan, il n'y a plus un, mais cinq tabloïds hebdomadaires, et un mensuel, Life, que dirige maintenant Moses Djinko. Quand l'hebdomadaire français Paris Match vend en moyenne 300 exemplaires à Abidjan, Life en écoule près de 10 000.

Cet engouement pour la presse people, on l'observe aussi à Cotonou, Lomé ou Dakar. Dans les capitales sous-régionales, lycéens, étudiants, fonctionnaires, cadres d'entreprises, tous se passionnent pour la vie trépidante des « stars » locales. Ils sont nombreux les patrons de presse qui se sont engouffrés dans la brèche... et se sont cassé les dents.

Scoop

À Dakar, Satellite, Icône Magazine et Facedakar sont les seuls survivants de la boulimie people qui s'est abattue sur le Sénégal au début des années 2000. « Le people est un business comme un autre, déclare Malick Seck, patron de presse sénégalais. Et comme pour tout business, il faut avoir un projet solide, crédible et bien ficelé », explique-t-il.

Mannequins, chanteurs, jet-setteurs n'hésitent pas à monter de faux scandales pour être vus.

Quand Icône Magazine - fondé par le journaliste Mansour Dieng -, préfère être policé, à la limite du culturel, Facedakar n'hésite pas à faire dans la polémique. « Nous sommes le Voici [hebdomadaire français, NDLR] du Sénégal », s'amuse Malick Seck, patron de presse et fondateur du titre. « On est constamment à la recherche du scoop, de l'info exclusive, du buzz », décrit-il, en soutenant que son hebdomadaire - vendu à 500 F CFA l'unité (environ 0,76 centime d'euro) -, s'écoule chaque semaine à plus de 20 000 exemplaires. Des scoops qui, selon la presse sénégalaise, lui ont valu un procès en diffamation et une condamnation à un an de prison avec sursis.

Cette recette réussit tout autant à Abidjan, pour Prestige Magazine. « Chez nous, il n'y a pas de tabous, on parle aussi bien des scandales qui émaillent la vie des artistes que de sexe », explique Guillaume Vergès, rédacteur en chef de l'hebdomadaire ivoirien.

Avenir

À Dakar, Lomé, Abidjan, de plus en plus de gens ont compris comment tirer parti de cette presse. Mannequins, chanteurs, belles de nuit, jet-setteurs, ils n'hésitent pas à monter de faux scandales ou de fausses « paparazzades » pour être vus. Mais ils ne sont pas les seuls à s'en servir. « Les politiciens aussi entrent dans la danse. Ils se tournent vers ces magazines qui sont souvent moins critiques que la presse politique », confie un patron d'agence de communication de Cotonou. Au Bénin par exemple, Réckya Madougou (ministre de la Microfinance) a fait la une du magazine béninois Vida loca. En Côte d'Ivoire, ce sont les ministres Hamed Bakayoko (à l'époque ministre des Nouvelles Technologies) et Anne Ouloto (à l'époque ministre de la Salubrité urbaine) qui ont fait la couverture de Life, respectivement en 2007 et 2011.

Parmi les professionnels, on est persuadé du bel avenir de la filière. « Entre les footballeurs, les artistes, les tops, les animateurs télé, il y a encore de quoi faire », s'exclame Guillaume Vergès. « Des lecteurs viennent des pays voisins pour acheter des exemplaires de la revue et les revendre dans leur pays. Et à Life, on commence à réfléchir sur la façon d'internationaliser le magazine », raconte Moses Djinko. Malick Seck, lui, a l'intention de lancer, d'ici à la fin du premier trimestre de cette année, sa chaîne de télévision, Facedakar TV.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique de l'Ouest

Affaire Ecobank/Tanoh : 'La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement', estime Ecobank

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de comme[...]

Ecobank condamnée à verser 11 millions d'euros à Thierry Tanoh

A Abidjan, le Tribunal de commerce a condamné le 15 janvier le groupe bancaire panafricain Ecobank à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien dirigeant et actuel secrétaire[...]

La Côte d'Ivoire fait le plein sur le marché ouest-africain

Pour sa dernière incursion sur le marché financier sous-régional en 2014, la Côte d'Ivoire a fait un carton. Alors qu'il sollicitait 160 milliards de F CFA, le Trésor public a[...]

Gemalto ouvre un bureau régional à Abidjan

 Gemalto a inauguré le 13 janvier son premier bureau ouest-africain. Basé à Abidjan, en Côte d'Ivoire, cette nouvelle implantation compte des équipes commerciales et des ingénieurs en[...]

Fitch maintient la note "B" de la Côte d'Ivoire

L'agence de notation Fitch a maintenu la note "B" attribuée aux émissions souveraines de la Côte d'Ivoire, avec des perspectives favorables. Et cela en dépit d'une croissance économique[...]

Corruption au Nigeria : Safran relaxé en appel à Paris

 Le groupe français Safran, actif dans l'aéronautique, la défense et la sécurité, a été relaxé par la cour d'appel de Paris pour corruption présumée[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Diplomatie économique française : Abidjan prend la place de Dakar

 En septembre 2015, Abidjan deviendra le hub régional du ministère français des Finances en Afrique de l'Ouest, à la place de Dakar.[...]

Moov Côte d'Ivoire, un cadeau empoisonné pour Maroc Télécom ?

Nouvelle tête de pont d'Etisalat en Afrique francophone, le groupe marocain va prendre le contrôle de Moov. Une marque en difficulté, notamment en Côte d'Ivoire...[...]

Tony Elumelu : "Le secteur privé a besoin de leaders africains"

En moins de trente ans, le Nigérian a bâti un groupe de pointe dans la banque, l'hôtellerie et l'énergie. Rencontre avec un businessman pas comme les autres qui lance un programme de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p100.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p100.xml0 from 172.16.0.100