Extension Factory Builder
24/01/2013 à 18:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À Abidjan, cinq hebdomadaires et un mensuel se partagent le marché. À Abidjan, cinq hebdomadaires et un mensuel se partagent le marché. © Camille Millerand / J.A.

La presse people connaît un véritable engouement en Afrique de l'Ouest. Certaines publications remportent même un franc succès.

« Il y a vingt ans, on nous traitait de fous. Pourtant, on avait vu juste : le people, ça intéresse tout le monde ! » se réjouit Moses Djinko (45 ans), grand prêtre de la presse people en Côte d'Ivoire. En 1993, avec quelques amis, il lance le premier journal du genre, Top Visage, un tabloïd 100 % show-business. Sacré challenge dans un pays où même l'actualité culturelle était reléguée en fin de journaux. « Pour le premier numéro, on a tablé sur 13 000 exemplaires, se souvient-il. Mais très vite nous avons augmenté les tirages : le journal faisait un carton ! » Douze ans plus tard, en 2005, Top Visage tirait à 60 000 exemplaires - et avait, par la même occasion, ouvert la voie à d'autres initiatives. À Abidjan, il n'y a plus un, mais cinq tabloïds hebdomadaires, et un mensuel, Life, que dirige maintenant Moses Djinko. Quand l'hebdomadaire français Paris Match vend en moyenne 300 exemplaires à Abidjan, Life en écoule près de 10 000.

Cet engouement pour la presse people, on l'observe aussi à Cotonou, Lomé ou Dakar. Dans les capitales sous-régionales, lycéens, étudiants, fonctionnaires, cadres d'entreprises, tous se passionnent pour la vie trépidante des « stars » locales. Ils sont nombreux les patrons de presse qui se sont engouffrés dans la brèche... et se sont cassé les dents.

Scoop

À Dakar, Satellite, Icône Magazine et Facedakar sont les seuls survivants de la boulimie people qui s'est abattue sur le Sénégal au début des années 2000. « Le people est un business comme un autre, déclare Malick Seck, patron de presse sénégalais. Et comme pour tout business, il faut avoir un projet solide, crédible et bien ficelé », explique-t-il.

Mannequins, chanteurs, jet-setteurs n'hésitent pas à monter de faux scandales pour être vus.

Quand Icône Magazine - fondé par le journaliste Mansour Dieng -, préfère être policé, à la limite du culturel, Facedakar n'hésite pas à faire dans la polémique. « Nous sommes le Voici [hebdomadaire français, NDLR] du Sénégal », s'amuse Malick Seck, patron de presse et fondateur du titre. « On est constamment à la recherche du scoop, de l'info exclusive, du buzz », décrit-il, en soutenant que son hebdomadaire - vendu à 500 F CFA l'unité (environ 0,76 centime d'euro) -, s'écoule chaque semaine à plus de 20 000 exemplaires. Des scoops qui, selon la presse sénégalaise, lui ont valu un procès en diffamation et une condamnation à un an de prison avec sursis.

Cette recette réussit tout autant à Abidjan, pour Prestige Magazine. « Chez nous, il n'y a pas de tabous, on parle aussi bien des scandales qui émaillent la vie des artistes que de sexe », explique Guillaume Vergès, rédacteur en chef de l'hebdomadaire ivoirien.

Avenir

À Dakar, Lomé, Abidjan, de plus en plus de gens ont compris comment tirer parti de cette presse. Mannequins, chanteurs, belles de nuit, jet-setteurs, ils n'hésitent pas à monter de faux scandales ou de fausses « paparazzades » pour être vus. Mais ils ne sont pas les seuls à s'en servir. « Les politiciens aussi entrent dans la danse. Ils se tournent vers ces magazines qui sont souvent moins critiques que la presse politique », confie un patron d'agence de communication de Cotonou. Au Bénin par exemple, Réckya Madougou (ministre de la Microfinance) a fait la une du magazine béninois Vida loca. En Côte d'Ivoire, ce sont les ministres Hamed Bakayoko (à l'époque ministre des Nouvelles Technologies) et Anne Ouloto (à l'époque ministre de la Salubrité urbaine) qui ont fait la couverture de Life, respectivement en 2007 et 2011.

Parmi les professionnels, on est persuadé du bel avenir de la filière. « Entre les footballeurs, les artistes, les tops, les animateurs télé, il y a encore de quoi faire », s'exclame Guillaume Vergès. « Des lecteurs viennent des pays voisins pour acheter des exemplaires de la revue et les revendre dans leur pays. Et à Life, on commence à réfléchir sur la façon d'internationaliser le magazine », raconte Moses Djinko. Malick Seck, lui, a l'intention de lancer, d'ici à la fin du premier trimestre de cette année, sa chaîne de télévision, Facedakar TV.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique de l'Ouest

Premier hôtelier d'Abidjan, Accor refuse de céder du terrain

Premier hôtelier d'Abidjan, Accor refuse de céder du terrain

Pour faire face à l'arrivée de concurrents, le groupe français relance ses investissements en Côte d'Ivoire.[...]

Cairn Energy prévoit un milliard de barils de pétrole au Sénégal

Cairn Energy a dévoilé son programme d'exploration au Sénégal pour les trois années à venir. Selon ses estimations, les réserves de pétrole contenues dans ses blocs au large[...]

Mali : au moins huit militaires tués dans une embuscade

Au moins huit soldats maliens ont été tués au cours d'une embuscade, lundi, dans le nord-ouest du pays. Une source militaire a évoqué une embuscade minutieusement préparée par la[...]

Litige frontalier : pas d'accord entre le Ghana et la Côte d'Ivoire

Les présidents ivoirien et ghanéen, Alassane Ouatarra et John Dramani Mahama, se sont entretenus le lundi 11 mai à Genève au sujet du contentieux frontalier maritime qui oppose leurs deux pays. Dans un[...]

La BOAD monte dans le capital d'Air Côte d'Ivoire

 La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) prévoit d'investir plusieurs milliards de F CFA pour doubler ses parts dans le capital de la compagnie aérienne Air Côte d'Ivoire, selon les[...]

Litige frontalier : Alassane Ouattara et John Dramani Mahama se rencontrent en Suisse

Les présidents ivoirien et ghanéen doivent se rencontrer ce lundi 11 mai à Genève, en Suisse, pour s'entretenir du conflit qui oppose leurs deux pays au sujet du tracé de leur frontière[...]

Ebola : des experts de l'ONU étrillent l'action de l'OMS

Des experts onusiens dénoncent le retard pris en 2014 par l'OMS pour déclarer une urgence de santé publique mondiale.[...]

Fraude et mauvaise gestion ont fait perdre 153 milliards de F CFA au Mali

 L'examen des performances de l'administration malienne indique que les malversations et la mauvaise gestion ont fait perdre 153 milliards de F CFA (233 millions d'euros) à l'État entre 2010 et 2013.[...]

Le Nigeria réduit de 90 % le budget des subventions aux carburants

Le budget 2015 du Nigeria prévoit 100 milliards de nairas (447 millions d'euros) au titre des subventions aux carburants, soit une baisse de 90 % par rapport à 2014. Une précédente tentative de[...]

Sénégal : nouveau revers pour l'instruction dans l'affaire Sudatel

L'instruction pour détournement de fonds ouverte par la justice sénégalaise dans le cadre de la cession de la troisième licence de téléphonie mobile au groupe soudanais Sudatel a subi un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers