Politique

Maroc : démission de Salaheddine Mezouar, le patron des patrons, après des propos sur l’Algérie

Salaheddine MEZOUAR, ex-président de la CGEM, Confédération Générale des Entreprises du Maroc.

Salaheddine MEZOUAR, ex-président de la CGEM, Confédération Générale des Entreprises du Maroc. © Hassan OUAZZANI/JA

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a démissionné dimanche après avoir tenu des propos sur la situation politique en Algérie, vivement critiqués par le gouvernement de son pays, ont rapporté des médias marocains.

Le patron des patrons et ex-ministre des Affaires étrangères a justifié sa démission par des « contraintes personnelles majeures », selon un courrier aux membres du CGEM publié par plusieurs sites d’informations.

Sa décision a été annoncée peu après la publication par le ministère marocain des Affaires étrangères d’un communiqué désavouant Mezouar, en dénonçant des déclarations sur l’Algérie prononcées lors d’un forum économique.

« La CGEM ne peut se substituer au gouvernement de sa Majesté le roi dans la prise de positions sur les questions internationales et notamment le développement dans ce pays voisin. La position du royaume du Maroc a ce sujet est claire et constante », a dit le communiqué.

« Le royaume du Maroc a décidé de s’en tenir a une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie (…). Il n’a ni a se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin, ni à les commenter », d’après le même texte.

Le communiqué des Affaires étrangères marocains ne mentionne pas les propos reprochés à Mezouar mais, selon des médias marocains, le chef du patronat avait salué, lors d’un récent forum économique international à Marrakech, « le mouvement pacifique que connait l’Algérie ». Il avait estimé que « l’armée au pouvoir » se devait « de composer avec le peuple pour ouvrir la voie à la démocratisation du pays ».

Le ministère des Affaires étrangères tout comme la CGEM n’étaient pas joignables dans l’immédiat.

L’Algérie connait depuis le 22 février,un mouvement inédit de contestation (Hirak), qui a poussé le 2 avril le président Abdelaziz Bouteflika à démissionner mais se poursuit en réclamant le départ de l’ensemble du système en place depuis des décennies.

Les relations entre l’Algérie et le Maroc soit très délicates et la frontière commune est fermée depuis plus de deux décennies.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte