Fermer

Cameroun : la forteresse de Paul Biya

Le Président du Cameroun Paul Biya. © Francois Mori/AP/SIPA

Le palais présidentiel où réside Paul Biya fait figure de véritable forteresse. Tout y est fait pour rappeler au visiteur qu'il estdans un lieu de pouvoir.

En fin de semaine, Paul Biya se retire dans son village de Mvomeka’a, une clairière dans la forêt équatoriale du sud du Cameroun, d’où il ne rentre que les mardis. Il y possède un vaste domaine comprenant l’ancienne résidence, elle aussi abandonnée, de feue Jeanne Irène Biya, sa première épouse, décédée en 1992. Avec Chantal, ils ont emménagé dans une maison attenante, sobrement meublée. Plus loin, le Président a fait construire des appartements destinés aux invités, un terrain de golf, un héliport, une piste d’atterrissage…

Un palais sous haute protection

À Yaoundé, pour accéder au palais de la présidence, il faut mentionner son village – et son ethnie – d’origine sur un bout de papier tendu par un agent de la sécurité… Cette forteresse, qui est protégée par un détachement de la garde présidentielle, s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares boisés. Le premier président du pays, Ahmadou Ahidjo, l’avait inaugurée quatre mois avant sa démission, survenue le 4 novembre 1982.

Ici, tout rappelle au visiteur qu’il se trouve dans un lieu de pouvoir. C’est l’impression recherchée par son concepteur, l’architecte tunisien Olivier-Clément Cacoub. Peut-être est-ce la raison pour laquelle une écrasante majorité de Camerounais n’y ont jamais mis les pieds. Accès interdit à ceux qui contreviennent à la conduite vestimentaire exigée : costume-cravate ou tenue traditionnelle d’apparat pour les hommes, robe ou tailleur avec jupe au-dessus des genoux pour les femmes… La première dame, Chantal Biya, y a ajouté son tour de vis personnel : nulle n’y entre en pantalon. Hormis elle-même.

Quiétude

Le couple habite l’annexe C, une résidence originellement conçue pour héberger des hôtes de passage. Le chef de l’État n’a pas voulu vivre dans le bâtiment présidentiel, construit à quelques encablures. Dans le chapitre de la mythologie nationale liée à la lutte pour le pouvoir ayant opposé l’actuel dirigeant à son prédécesseur, cette demeure de fonction inhabitée tient lieu de maison hantée…

Personne n’ignore que Paul Biya passe aussi beaucoup de temps en Suisse. Son histoire d’amour avec l’Intercontinental de Genève date des années 1970. C’est lorsqu’il était jeune chargé de mission à la présidence qu’il découvrit cet établissement hôtelier. Il apprécie la quiétude des lieux et la proximité du lac Léman, mais aussi la discrétion, la sécurité et la qualité de vie qui font la réputation de la cité de Calvin. Il faut préciser que sa tranquillité y est désormais relative, depuis que les opposants de la diaspora viennent crier sous les fenêtres de la suite qu’il loue.

En résumé, s’il sort de son palais, c’est pour gagner son village, et, s’il quitte son pays, c’est pour rallier la Suisse car, on le sait, il voyage peu. Qu’il s’agisse des berges du Léman, de La Baule ou de Baden-Baden, ses lieux de villégiature en témoignent : Biya aime les stations thermales et les plaisirs balnéaires. Devenu président en 1982, il a traîné des pieds pour quitter la Résidence du lac, située près du plan d’eau implanté en plein cœur de la capitale, en dépit de l’insistance d’Ahidjo, qui souhaitait l’occuper après sa démission. Le président n’a néanmoins pas acheté de demeure en Suisse. Il fut un temps tenté d’en acquérir une à Abu Dhabi, avant d’y renoncer, notamment pour des raisons de sécurité.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici