Extension Factory Builder
07/08/2013 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des listes électorales à Kidal, lors du premier tour de la présidentielle. Des listes électorales à Kidal, lors du premier tour de la présidentielle. © AFP

À Kidal, au nord du Mali, aucun des deux candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle, Soumaïla Cissé et Ibrahim Boubacar Keïta, ne suscite l'enthousiasme de la population. Dans le fief des Touaregs, les manifestations pro-rebelles se succèdent dans un climat toujours tendu.

Si à Bamako, l'ambiance est à la négociation d'alliances autour de Soumaïla Cissé et d'Ibrahim Boubacar Keïta en vue du second tour de la présidentielle, prévu le 11 août, Kidal, elle, la ville symbole de la division du pays, vit toujours à l'heure de la contestation.  Mardi 6 août, des dizaines de jeunes et des femmes ont organisé une nouvelle marche de soutien aux rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).  « Ils ont remis une lettre à la force Serval et à la Minusma pour demander la libération de détenus touaregs à Bamako », dit le gouverneur de la région Adama Kamissoko, à Kidal.

C'est déjà dans un climat tendu que le premier tour a eu lieu, le 28 juillet. Beaucoup d’électeurs n’ont pas réussi à trouver leurs bureaux de vote, tandis que d'autres, notamment ceux de localités éloignées telles Tin-Essako, n’ont pas fait le déplacement en cette période de ramadan et d'hivernage.

Très faible participation

Autre difficulté : les réticences culturelles des Touaregs à se soumettre à certaines mesures de sécurité imposées par la Minusma (force onusienne) aux abords des bureaux de vote. « Ils n’aiment pas être fouillés en public et enlever leur turban. Ce qui fait que beaucoup sont restés à la maison », explique un responsable de l’administration malienne à Kidal. Conséquence : un très faible taux de participation au premier tour (12,24%).

En ira-t-il autrement pour le second ? Jusque là, rien ne permet de le dire. « Ici, on prépare plutôt la fête de l’Aïd el-Fitr [qui marque la fin du ramadan, le 7 ou le 8 août, ndlr], dit Rhissa Ag Abidine, un jeune Kidalois. Rien ne montre qu'on est en période d’élection »,  poursuit-il. «  Il n’y a pas de campagne présidentielle, confirme Sidi Mohamed Ag Natt, un autre jeune de Kidal. On ne sait pas qui est le meilleur entre Soumaila Cissé et IBK, mais les gens parle beaucoup du second comme favori. »

Éducation électorale

Comme les jeunes, qui passent beaucoup de temps à manifester quand ils ne restent pas à l'ombre pour jeûner, les notables de Kidal prennent une certaine distance avec l'élection. Une fausse indifférence qui n'empêche pas les autorités gouvernementales de travailler d’arrache-pied à gommer les erreurs du premier tour. « Nous avions par exemple affiché les listes d’électeurs quatre jours avant le scrutin. Or beaucoup ont été arrachées par le vent. Cette fois, nous allons les placarder la veille du vote, le samedi. Nous éduquons aussi les gens sur la bonne manière d’utiliser l’encre afin d’éviter les bulletins nuls », explique le gouverneur, Adama Kamissoko.

___

Baba Ahmed

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers