Extension Factory Builder
20/09/2011 à 09:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La marque locale du groupe britannique accapare autour de 70% des volumes. La marque locale du groupe britannique accapare autour de 70% des volumes. © Hassan Ouazzani pour J.A.

Malgré l’ouverture à la concurrence, Imperial Tobacco continue de régner sans partage sur le marché du tabac. Pour l’instant, seuls deux autres fabricants ont obtenu l’agrément des autorités.

Les 15 milliards de cigarettes vendues chaque année au Maroc ne partent pas en fumée pour tout le monde. Et surtout pas pour Altadis, l’ancien monopole privé. Racheté en 2007 par le britannique Imperial Tobacco, le cigarettier continue de dominer largement (plus de 83 % des ventes au premier semestre), en dépit de l’ouverture du marché à la concurrence le 1er janvier. Reste qu’en coulisses la concurrence se prépare, et ce même si le régulateur, prudent, délivre les autorisations de distribution… avec modération.

Pour déloger Imperial Tobacco, troisième producteur mondial, il faudra du temps et un certain talent de lobbyiste. Le prix minimal du paquet a été fixé par les autorités à 25 dirhams (2,21 euros) pour les nouveaux entrants. Vendue à partir de 15,5 dirhams, Marquise, la marque locale du groupe britannique fabriquée dans son usine d’Ain Harrouda (près de Casablanca), paraît donc loin d’être menacée et devrait continuer à accaparer 70 % des volumes (chiffre estimé par la concurrence). Sur le segment des marques internationales (de 25 à 35 dirhams le paquet), Fortuna et Gauloises blondes, toutes deux dans le portefeuille d’Imperial Tobacco, continuent de faire des adeptes parmi les classes moyenne et aisée. Enfin, le partenariat signé par le groupe britannique avec l’américain Philip Morris International lui permet aussi de produire et de distribuer la marque Marlboro.

En face, seuls deux grands fabricants, qui écoulaient auparavant leurs produits via Altadis, ont reçu leur sésame du ministère des Finances pour les distribuer eux-mêmes. Japan Tobacco International (Winston, Camel…) a noué un partenariat avec l’espagnol Daba, distributeur et embouteilleur de Coca-Cola dans le pays. Quant à British American Tobacco (Dunhill, Lucky Strike…), il a choisi Dislog, propriété du ministre de la Jeunesse et des Sports, Moncef Belkhayat. « Cela n’a pas nui à l’obtention de son autorisation de distribution », feint de s’étonner un concurrent. Mais même appuyées par des groupes marocains, les deux multinationales ont bien du mal à percer : « Les commerciaux d’Altadis menacent les buralistes de ne plus les livrer s’ils écoulent les marques concurrentes », s’indigne ce même acteur, qui attend une intervention du Conseil national de la concurrence.

Procédure fastidieuse

Deux autres sociétés, non encore autorisées, sont dans les starting-blocks. Kamil Ouazzani, PDG de Capital Finance (qui distribue notamment des spiritueux), a déposé en mars une demande d’autorisation pour sa filiale K-Dis. Depuis, pas de nouvelles. « J’ai pourtant suivi toute la procédure, fastidieuse, et investi plus de 10 millions de dirhams [près de 883 000 euros, NDLR] », s’insurge l’homme d’affaires, qui s’est allié avec deux poids moyens du secteur, l’égyptien Eastern Tobacco et l’arménien Cigaronne. Kamil Ouazzani est convaincu qu’il y a de la place pour lui sur des segments comme les cigarettes slim, pour les femmes, ou les cigares.

Autre outsider : le deuxième distributeur de tabac en Espagne, Comet. « Notre expérience de l’ouverture réussie du marché du tabac en Espagne devrait plaider en notre faveur », espère Hatim Benjelloun, chargé des relations publiques de Comet au Maroc, qui a déposé une demande d’autorisation le 22 juillet. La société, bien positionnée sur le segment des cigares, indique « comprendre que la libéralisation du secteur se fasse par paliers et avec prudence ».

En attendant de nouvelles autorisations, le leader britannique a nommé, le 5 septembre, Paul Leggat – qui a fait ses preuves en pilotant ses ventes en duty free – à la tête d’Altadis Maroc. Imperial Tobacco prépare sa réplique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, 'Monsieur 100 000 Volts'

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Les secrets du succès des Chaabi

Il y a le père, Miloud, berger devenu milliardaire. Et ses enfants, qui règnent avec lui sur Ynna Holding, groupe présent de l'immobilier à la grande distribution. Visite d'un empire[...]

Maroc : au 23 morts dans l'effondrement d'immeubles à Casablanca

Après trois jours de recherches, les autorités marocaines ont annoncé, dimanche soir, qu'au moins 23 personnes sont mortes dans l'effondrement d'immeubles d'habitation à Casablanca le 12 juillet.[...]

Maroc : Espagnols cherchent travail

Fuyant le chômage et la crise, de nombreux Ibériques - toutes catégories sociales confondues - tentent leur chance au Maroc. Avec des fortunes diverses.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers