Les dates clés pour comprendre la crise au Burundi

Burundi: face à la crise politique, les Occidentaux demandent un report des élections © AFP

Les premières manifestations ont éclaté au lendemain de la désignation de Pierre Nkurunziza par son parti, le CNDD-FDD, comme candidat à la présidentielle pour un troisième mandat. Depuis, le pays est plongé dans la crise. Retour sur les événements clés.

La candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat a provoqué une contestation majeure au Burundi. Élu une première fois en 2005 par le Parlement, dans le cadre d’un mécanisme de sortie de la guerre civile initié par les accords d’Arusha (2000), Pierre Nkurunziza l’a été une deuxième fois au suffrage universel en 2010. Les opposants jugent cet éventuel troisième mandat anti-constitutionnel et contraire aux accords d’Arusha. Les partisans de Pierre Nkurunziza estiment pour leur part que la démarche est parfaitement légale. La Cour constitutionnelle, jugée inféodée au pouvoir par les anti-troisième mandat, leur a d’ailleurs donné raison.

A Bujumbura, capitale et cœur de la contestation, de nombreux affrontements ont eu lieu avec la police qui n’a pas hésité à faire usage d’armes à feu. Au moins 70 personnes ont été tuées et environ 500 blessées dans les violences, selon le dernier bilan de l’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (Aprodh).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici