Energie

Italie- Algérie : Saipem-Sonatrach, un procès en septembre

Claudio Descalzi, le directeur du groupe ENI le 20 janvier 2015 à Rome.

Claudio Descalzi, le directeur du groupe ENI le 20 janvier 2015 à Rome. © Andrew Medichini/AP/SIPA

Le procès de l’affaire Saipem-Sonatrach s’ouvrira le 12 septembre au tribunal pénal de Milan, indiquent à « Jeune Afrique » des sources judiciaires italiennes.

Au centre des débats, les conditions dans lesquelles la firme italienne, filiale d’ENI, a obtenu des contrats auprès du géant pétrolier algérien entre 2007 et 2010. Trois intermédiaires algériens, Farid Bedjaoui, Samyr Ouraied et Omar Habour, qui font l’objet de mandats d’arrêt internationaux, ainsi que quatre anciens dirigeants de Saipem sont poursuivis pour complicité de corruption internationale et fausses déclarations fiscales.

Près de 200 millions d’euros de commissions

Selon l’acte d’accusation, Farid Bedjaoui a obtenu, via sa société écran Pearl Partners Ltd, 198 millions d’euros de commissions de Saipem, destinés à assurer à la firme italienne la signature de sept contrats d’une valeur totale de 8 milliards d’euros. Une partie de cette somme aurait servi à corrompre des responsables de Saipem ainsi que des facilitateurs, parmi lesquels Chakib Khelil, ex-ministre algérien de l’Énergie et des Mines, qui a regagné son pays en mars après trois ans d’exil aux États-Unis.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte