Politique

RDC : Lambert Mende relâché après une brève arrestation

| Par - à Kinshasa
Mis à jour le 20 mai 2019 à 14h51
Lambert Mende, en 2016, lors d’une conférence de presse qu’il animait en tant que porte-parole du gouvernement.

Lambert Mende, en 2016, lors d'une conférence de presse qu'il animait en tant que porte-parole du gouvernement. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Lambert Mende, ancien porte-parole des gouvernements de Joseph Kabila, a été brièvement arrêté dimanche à Kinshasa. Il a affirmé avoir été brutalisé lors de cette courte interpellation.

« On m’a brutalisé », a réagi Lambert Mende, contacté par Jeune Afrique après sa remise en liberté dimanche 19 mai. « J’ai été libéré grâce à l’intervention du conseiller spécial du président Félix Tshisekedi en matière de sécurité, François Beya », a ajouté l’ancien ministre de la Communication.

Lambert Mende a accusé Basile Olongo, vice-Premier ministre intérimaire en charge de l’Intérieur et de la sécurité, d’être derrière son arrestation. « On m’a arrêté sur ordre de Basile Olongo, qui doit répondre devant le parlement et la justice, il oublie que je suis député national », a-t-il réagi.

Une version contestée par Basile Olongo. « Lambert Mende a été invité et non arrêté par les renseignements de la police nationale dans une affaire de diamant de 87 carats » provenant de la province du Sankuru (centre) où Lambert Mende est député, a déclaré à JA Basile Olongo.

« La police voulait juste avoir des informations »

« La police voulait juste avoir des informations auprès de Lambert Mende parce que son nom a été cité » dans ce dossier, a-t-il ajouté.

Les proches de l’ancien ministre de la Communication avaient fait état de son interpellation plus tôt dans la journée. « L’honorable (député) Lambert Mende a été brutalement enlevé à son domicile aujourd’hui par quatre Jeeps de la police et de l’armée », avait affirmé à l’AFP son secrétaire particulier, Franck Diefu.

Lambert Mende, 66 ans, a été l’indéfectible ministre de la Communication et porte-parole des gouvernements de Joseph Kabila pendant plus de dix ans, entre 2008 et début 2019. Il a quitté son ministère après avoir été élu député de sa province d’origine du Sankuru à l’issue des élections générales du 30 décembre 2018.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer