Politique

Algérie – Mauritanie : ouverture du premier passage frontalier

| Par AFP
Noureddine Bedoui, le ministre algérien de l’Intérieur, en mars 2018 à Alger.

Noureddine Bedoui, le ministre algérien de l'Intérieur, en mars 2018 à Alger. © Anis Belghoul/AP/SIPA

L’Algérie et la Mauritanie ont inauguré dimanche leur premier point de passage frontalier depuis l’indépendance des deux pays, pour donner un coup de pouce aux relations économiques et commerciales bilatérales, ont annoncé les médias algériens.

Le ministre algérien de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, qui a participé avec son homologue mauritanien Ahmedou Ould Abdallah à la cérémonie a affirmé devant les journalistes à Tindouf que ce point de passage allait favoriser la circulation des biens et des personnes « dans l’intérêt des deux peuples ».

Selon l’agence officielle algérienne APS, la construction de ce poste frontalier en vertu d’un accord signé par les deux pays en novembre 2017, a coûté à l’Algérie près de 8,5 millions d’euros.

Un projet de construction de route

La frontière algéro-mauritanienne, longue de quelque 460 km, est la plus courte pour chacun ces deux très vastes pays.

Cette région désertique, longtemps connue comme un repaire de trafics et de mouvements de combattants de groupes armés, avait été déclarée côté mauritanien zone militaire fermée à la circulation des personnes.

Les deux pays partagent par ailleurs depuis plus d’une dizaine d’années un projet de construction de route entre Tindouf (Algérie) et Choum (Mauritanie), deux localités proches du Sahara occidental.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer