Transport aérien

Démentant toute dissension parmi ses dirigeants, Air Sénégal booste ses dessertes

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 20 octobre 2020 à 12h57
Air Sénégal a repris ses vols “spéciaux” vers Paris, Marseille, Barcelone et assure aussi Milan et Casablanca.

Air Sénégal a repris ses vols “spéciaux” vers Paris, Marseille, Barcelone et assure aussi Milan et Casablanca. © Barka Diop/Wikipedia Licence CC

Loin des rumeurs – démenties – sur le départ de son numéro deux, la compagnie nationale est plus que jamais en ordre de bataille face à ses challengers en Afrique de l’Ouest, mais repousse le lancement de certaines lignes long-courrier. 

La « nouvelle » circulait en boucle. Mais elle était fausse. Contacté par Jeune Afrique ce lundi 19 octobre, Jérôme Maillet, directeur de la stratégie et des investissements d’Air Sénégal depuis trois ans, a tenu à nouveau à démentir, comme il l’a fait sur son compte Twitter quelques heures auparavant, les rumeurs de démission.

Elles avaient été publiées  sur certains sites sénégalais ces derniers jours, laissant croire par ailleurs à des dissensions avec Ibrahima Kane, le directeur général. « Je lui donne mon plein soutien », a assuré à Jeune Afrique le numéro deux de la compagnie.

Une enveloppe de 45 milliards de F CFA

Interrogé par Jeune Afrique, le directeur général a regretté à son tour la diffusion de ces fausses informations et espère qu’elles seront corrigées. Il n’envisage aucune poursuite.

Les deux dirigeants se connaissent bien. Ils avaient travaillé ensemble sur le bouclage du financement des appareils de la compagnie, quand Ibrahima Kane était encore directeur général du Fonsis, le fonds souverain sénégalais.

Pas de conflit de personnes et encore moins de divergences stratégiques donc selon le responsable français en poste depuis trois ans.

C’est que, au cœur des grandes turbulences que traverse actuellement le secteur aérien, Air Sénégal, qui situe cette année son manque à gagner entre 10 milliards et 15 milliards de F CFA (15 à 23 millions d’euros) à cause du Covid-19, veut montrer qu’il a les reins solides.

La compagnie a reçu du gouvernement une enveloppe de 45 milliards de F CFA, dont une dizaine de milliards pour faire face à la crise sanitaire. Le restant représentant une augmentation de capital que l’État a consentie par avance.

Sortir en position de force dans la sous-région

Fort de ce soutien financier, le transporteur espère sortir en position de force par rapport aux autres acteurs régionaux, eux-mêmes malmenés par la crise.

Les cinq rotations hebdomadaires vers Conakry connaissent un taux  de remplissage de près de 80 %.

Si elle a repris ses vols « spéciaux » vers Paris, Marseille, Barcelone et assure aussi Milan et Casablanca, pour les résidants, la compagnie a repris ses dessertes «classiques» vers Abidjan, Conakry, Bamako ou encore Nouakchott, soit 50 % à 60 % de ses opérations, avec souvent un remplissage satisfaisant, dû souvent aussi au fait qu’il y a moins de fréquences hebdomadaires.

Les cinq rotations hebdomadaires vers Conakry connaissent un taux de remplissage de près de 80%.Une sixième rotation est envisagée.

Report de la desserte de New York

Alors qu’il avait largement misé sur un développement rapide autour du long-courrier, censé représenter à terme deux tiers de son chiffre d’affaires, le pavillon sénégalais a décidé de repousser le lancement d’une ligne vers New York d’un an et attend d’avoir plus de visibilité pour lancer des liaisons vers Genève et Londres.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte