Rwanda-France : un autre témoin entendu dans l’enquête sur l’attentat contre l’avion de Juvénal Habyarimana

Par Jeune Afrique

Les débris du Falcon 50 de Juvénal Habyarimana, dans l'enceinte de sa résidence. © Archives J.A.

Si le Rwanda n’a pas encore réagi officiellement, de nouvelles turbulences avec la France sont à prévoir...

En cause, l’information judiciaire instruite à Paris depuis près de vingt ans sur l’attentat du 6 avril 1994 visant l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana. En septembre 2016, l’instruction (close depuis le mois de janvier précédent) avait été rouverte inopinément au prétexte d’entendre Kayumba Nyamwasa, un ancien officier de l’armée rwandaise réfugié en Afrique du Sud, qui accuse le Front patriotique rwandais (FPR) d’en être à l’origine. Mais, un an plus tard, ce projet d’audition reste au point mort.

En revanche, un autre ex-militaire des Rwanda Defence Force a été entendu à deux reprises à Paris en mars sans que l’information ne s’ébruite. Réfugié en Grande-Bretagne après avoir fait défection, cet ancien membre de la rébellion tutsie affirme avoir participé à l’acheminement des missiles ayant abattu l’avion.

À Kigali, on se dit convaincu qu’il s’agit d’un énième stratagème pour garder l’instruction (qualifiée de « politique ») ouverte, et ainsi alimenter éternellement les spéculations sur le rôle du FPR dans l’attentat.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici