Tanzanie : Edward Lowassa, l’homme qui claque la porte du parti pouvoir et devient aussitôt candidat de l’opposition

Edward Lowassa. © Tony Karumba/AFP

En moins d'une semaine, l'ancien Premier ministre tanzanien Edward Lowassa a réussi l'exploit de claquer la porte du parti au pouvoir et de devenir le candidat unique des quatre principaux partis d'opposition à la présidentielle du 25 octobre - à laquelle le sortant, Jakaya Kikwete, ne se présente pas.

Après avoir été recalé mi-juillet, lors de la primaire, au profit du ministre des Travaux publics, John Magufuli, Edward Lowassa a officiellement quitté le Parti de la révolution (CCM) le 28 juillet, lui reprochant d’être « infesté de chefs dictatoriaux ».

Le même jour, il a pris sa carte du Parti pour la démocratie et le progrès, deuxième force politique du pays, où il a été accueilli à bras ouverts par son président, Freeman Mbowe, qui l’avait pourtant mis en haut de la liste des personnalités les plus corrompues et avait applaudi sa démission de la primature, en 2008, dans le cadre de l’affaire Richmond. « De vieilles histoires qui n’ont pas été prouvées », balaie aujourd’hui Mbowe, pour qui seul l’ancien Premier ministre peut mobiliser l’électorat face à un CCM au pouvoir depuis l’indépendance.

Il en a convaincu les trois autres partis de la Coalition de la Constitution populaire (Ukawa), qui, le 4 août, a désigné Lowassa comme son candidat unique pour la présidentielle.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici