Mondial-2018

Sénégal – Mondial 2018 : Idrissa Gueye, le collectif avant tout

Le Sénégalais Idrissa Gueye lors d'un match face à l'Algérie pendant la CAN en Guinée équatoriale, le 27 janvier 2015 à Malabo. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Formé à Diambars, révélé à Lille, Idrissa Gueye, qui évolue désormais à Everton (Angleterre), est un joueur extrêmement précieux aux yeux d’Aliou Cissé, le sélectionneur du Sénégal.

Jean-Marc Adjovi-Boco, un des fondateurs de Diambars, la très réputée académie basée à Saly, se souvient encore des premiers pas du jeune Idrissa Gueye. « Il avait fait des essais avant d’intégrer Diambars. Il avait des qualités, mais ce n’était pas lui qu’on voyait le plus. D’autres lui étaient supérieurs. Mais comme il apprend vite, il a rapidement progressé, à tel point que nous avions confié le brassard de capitaine », explique l’ancien international béninois.

« C’est un joueur intelligent dans son jeu, qui va toujours chercher à se sacrifier pour le collectif. Idrissa n’est pas le genre à s’octroyer des libertés. Il est très respectueux des consignes. »

Chedjou le compare à Ngolo Kanté

Une analyse partagée par Aurélien Chedjou, qui a côtoyé Gueye à Lille pendant six ans, et avec qui il a remporté le championnat et la Coupe de France en 2011, n’est pas étonné que le Sénégalais soit devenu un des meilleurs milieux défensifs de Premier League.

« Idrissa, c’est une éponge. Il a toujours envie de progresser. Sur un terrain, ce n’est pas lui qui va tenter des gestes fous, même s’il a une bonne technique. Il fait très  bien ce qu’il sait faire », résume le défenseur international camerounais, qui évolue désormais à Istanbul Basaksehir (Turquie). « Il relance proprement, il est utile dans la conservation du ballon et il a la capacité de se projeter rapidement vers l’avant. »

Si son physique – il mesure 1,74 m – accuse parfois un certain déficit dans les duels, son volume de jeu pousse Chedjou à comparer Idrissa Gueye à Ngolo Kanté, le milieu de terrain français de Chelsea. « Il évolue dans le même registre. Je pense que Gueye, avec ses qualités, peut à terme tenir un rôle comme celui de Yaya Touré il y a deux ou trois ans à Manchester City, un box to box à l’anglaise. Car on a trop eu tendance à le catégoriser dans un rôle de pur milieu défensif, alors qu’il n’est  pas que ça. »

Adjovi-Boco : « Il sait ce qu’il veut »

Le Camerounais ne peut dissocier la progression de Gueye de ses années à Lille sous la direction de Rudi Garcia, aujourd’hui entraîneur de Marseille, et qui prônait un football offensif. « Cela l’a responsabilisé et lui a offert  une certaine liberté sur le terrain. Il est capable de s’adapter à tous les systèmes. »

C’est le cas en sélection nationale, depuis les matchs amicaux du mois de mars face à l’Ouzbékistan (1-1) et la Bosnie-Herzégovine (0-0) tenté par un 3-5-2, alors que les Lions de la Teranga ont obtenu leur qualification en s’appuyant sur un 4-4-2 plus classique. Le coach sénégalais mise sur une bonne assise défensive et une récupération rapide du ballon pour animer son système. Et Gueye, international depuis novembre 2011  (57 sélections), en est un des rouages essentiels, comme le rappelle Adjovi-Boco : « Je pense qu’il peut encore plus apporter à la sélection. Notamment en dehors, dans ses relations avec l’entourage, avec la presse. C’est un homme posé, intelligent, qui s’exprime bien. Il a une forte personnalité, il sait ce qu’il veut. »

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€