Fermer

Côte d’Ivoire : Eline Arnaud, une artiviste abidjanaise

Daniel Sery ©

Directrice adjointe en communication, entrepreneuse, défricheuse de talents, féministe, autant de casquettes qui définissent Eline Arnaud : une Abidjanaise de 35 ans sans qui la scène montante de l’art contemporain et de l’artisanat à Abidjan ne serait pas la même.

C’est à l’occasion de l’événement Cité des Arts, qui s’est tenu le 12 octobre au Bao Café à Abidjan, qu’Into The Chic a rencontré Eline Arnaud ; la jeune femme à l’origine du projet. Un concept emmené par l’association participative A’Lean & Friends, qu’Eline conduit également, visant à promouvoir la nouvelle génération d’artistes du continent et la production locale. Mais aussi à trouver un système de mécénat encore inexploité en Côte d’Ivoire.

« On pousse des artistes qui ont du talent, qui sont vendables. L’idée étant de les amener à rencontrer des gens qui peuvent les aider à s’exporter financièrement », explique-t-elle.

« Parce que la réalité en Côte d’Ivoire, c’est qu’il y a des gens qui ne peuvent même pas s’acheter une toile pour peindre. Il leur est donc difficile de se concentrer sur la création artistique quand des préoccupations strictement financières prennent le dessus : c’est la base de la réflexion sur le projet », admet celle qui ne se considère ni comme une galeriste ni comme un agent artistique.

Parce qu’en marge de ses activités en tant que directrice de la communication ajointe de la fondation Children of Africa, Eline Arnaud trouve suffisamment de temps et d’engagement pour mener de front des actions artistico-sociales.

[…]

Comment à 35 ans, Eline Arnaud s’est-elle imposée dans le monde très sérieux de la banque et des finances en tant que femme, tout en étant pleinement investie dans la promotion, la valorisation et la reconnaissance de l’art et de l’artisanat Made in Africa ?

Eline Arnaud a fait ses armes durant cinq ans (2010-2015) dans le secteur de la banque au sein du très implanté groupe NSIA créé par Jean Kacou Diagou, après une escale à Montréal pour suivre des études supérieures en relations publiques à l’Université du Québec.

A son retour, elle obtient un poste d’assistante de communication chargée des relations publiques. Et parvient à gravir les échelons, en devenant responsable de la communication rattachée à la Direction générale en un temps plutôt record.

[…]

 

Lire la suite sur Into The Chic, une publication de Jeune Afrique, en cliquant ici.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici