Fermer

Jean-Jacques Ekindi

Par Jeune Afrique

©

64 ans, président du Mouvement progressiste (MP)

Ce polytechnicien, également diplômé de l’École des mines d’Arles (France), leader du Mouvement progressiste (MP, opposition), est connu pour ses coups de gueule et son courage lorsqu’il s’agit de défier le pouvoir. De retour au Cameroun, en 1970, après ses études, Jean-Jacques Ekindi est arrêté, jugé et condamné par le régime Ahidjo, qui ne digère pas les convictions politiques de l’ex-vice-président de l’Union nationale des étudiants camerounais. Au début des années 1980, après un séjour en France, il rentre à Douala et, en mars 1985, adhère au RDPC. En 1991, en pleine opération « villes mortes », il quitte le parti présidentiel pour créer le MP. Il lui faudra attendre juillet 2007 pour être élu député à Douala, sa ville natale. Depuis, une rumeur laissait entendre qu’il lorgnait un poste au gouvernement. Ce qu’il a formellement démenti en janvier dernier.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro