Djibouti

Ismaïl Omar Guelleh : « Les Égyptiens et les Tunisiens n’arrivent pas à diriger leur révolution »

Mis à jour le 7 octobre 2022 à 10:57

Réélu pour un troisième mandat présidentiel à Djibouti le 8 avril dernier, Ismaïl Omar Guelleh est confiant : son pays est, affirme-t-il, « immunisé » contre les soulèvements qui touchent les pays arabes. Les troubles que son pays a traversés seraient, selon lui, surtout le fait d’agitateurs venus de l’étranger. Quant à l’Égypte ou à la Tunisie, ils représenteraient – à ce stade – des contre-exemples : leur révolution, assure le président djiboutien, mène au désordre et à la crise économique. Interview.