Rwanda

Louise Mushikiwabo : « Beaucoup de gens refusent la normalisation entre la France et le Rwanda »

Mis à jour le 7 octobre 2022 à 10:56

S’il y a eu « rupture » dans la politique africaine de la France avec Nicolas Sarkozy, il s’agit bien du rapprochement entre Paris et Kigali. Après trois années de parenthèse diplomatique, de procédures judiciaires crispées et de défiance mutuelle, les retrouvailles entre les deux capitales ont eu lieu fin 2009, sous le signe d’un pragmatisme impulsé au plus haut sommet. Moins de deux ans après, Paul Kagamé est pour la première fois en voyage officiel dans l’Hexagone, du 11 au 13 septembre, rendant à son homologue français la visite que celui-ci a effectuée au Rwanda, en février 2010.

Une normalisation qui ne se fait pas sans mal. La gouvernance autoritaire de Kagamé est mise en cause par l’opposition rwandaise, très présente dans la diaspora, ainsi que par une nébuleuse d’ONG. Sans compter les résistances des anciens militaires français de l’Opération turquoise et de nombreux diplomates en poste pendant le génocide de 1994, au premier rang desquels le ministre des Affaires étrangères A