Burundi

Marguerite Barankitse : « Je me sens trahie par les dirigeants burundais »

Mis à jour le 7 octobre 2022 à 10:55

Marguerite Barankitse navigue entre larmes et sourires. Les larmes lorsqu’elle dénonce la corruption des dirigeants burundais, la « trahison » de ceux qui « tuent les opposants politiques ». Les sourires, quand elle évoque ses « enfants » de la Maison Shalom, qu’elle a construite en 1993 pour accueillir les orphelins de la guerre ethnique qui opposait alors Hutus et Tutsis. Un projet pour lequel « Maggy », comme on l’a surnomme, est plusieurs fois distinguée. Elle a notamment reçu jeudi 24 novembre 2011 le prix de la Fondation Chirac, qui récompense chaque année des personnes engagées dans la prévention des conflits. Interview.