Banque

Cemac : Abbas Mahamat Tolli fait rentrer (en partie) miniers et pétroliers dans le rang

Après un bras de fer de cinq ans, la Banque centrale autorise les sociétés extractives à ne lui céder que 35 % des devises en leur possession – contre 70 % pour les banques de la zone Cemac – pour renforcer ses réserves de change. 

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital

Sans engagement

Payez une fois par an et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !