Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Burkina à l'heure de la mobilisation générale»

Voir tout le sommaire
Sécurité

[En débat] Au Burkina, Kaboré doit-il montrer les muscles ou tendre la main ?

Réservé aux abonnés | |

Par  Damien Glez

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

© Damien Glez

© © Damien Glez

Faut-il encourager les Burkinabè à défendre leur pays ? Ou faut-il dialoguer avec les jihadistes ? À moins de six mois de la présidentielle, le président Roch Marc Christian Kaboré doit esquisser une stratégie volontariste et ferme.

«Mobilisation » : le terme est lâché. Quelle guerre mémorable a été gagnée sans l’engagement au front de toutes les forces vives en âge de combattre ? Qu’y a-t-il de plus digne qu’un peuple agressé qui se dresse, au-delà d’un corps militaire de métier, armé d’un patriotisme enfanté par des tripes citoyennes autant que par des discours ?

Qui hésiterait encore à dire que le Burkina Faso est en situation de guerre après le péché terroriste originel du 15 janvier 2016 et l’inexorable dégradation sécuritaire qui s’est ensuivie ? Avec plusieurs centaines de morts au compteur, au nom d’aucune idéologie recevable, n’est-il pas temps de passer de la résilience autocentrée à l’engagement solidaire ?

Si c’est à l’unanimité que l’Assemblée nationale adoptait, le 21 janvier, une loi permettant à tout citoyen de se porter volontaire pour lutter aux côtés des forces de défense et de sécurité, certains observateurs voient d’un mauvais œil l’armement de civils dans des régions mal contrôlées par les corps habillés.

Qu’elles soient mises en place par l’État, comme les Comités de défense de la révolution (CDR) des années 1980, ou autogénérées, comme les récents groupes Koglweogo, les milices ont déjà démontré le risque que présente une autodéfense qui se mue en règlements de comptes locaux.

Philosophie « compaoriste »

Si l’armée est fragile, et ses ersatz contestables, faut-il alors desserrer le poing pour tendre la paume ? L’exemple vient du Mali – pays jumeau dans l’adversité du moment –, où le président, Ibrahim Boubacar Keïta, annonçait en février un dialogue avec certains chefs jihadistes.

Même si la version burkinabè de cette tactique se heurte, selon l’opposant et politologue Augustin Loada, à l’absence d’interlocuteurs terroristes identifiés et joignables, elle fait partie intégrante d’une philosophie « compaoriste » en quête de réhabilitation.

L’affable « président diesel » devra proposer autre chose qu’une compassion compassée aux allures d’impuissance

C’est précisément quelques mois après la chute de Blaise Compaoré que le débordement de la crise malienne avait conduit aux premières attaques jihadistes sur le sol burkinabè. Compromission abjecte ou « relations publiques » salvatrices – c’est selon –, la proximité bienveillante de l’ancien président du Faso avec la sphère terroriste d’alors aurait immunisé le pays de la violence.

Coup de poker

C’est au moment où la carte des zones géographiques vivement déconseillées ressemble à un buvard imbibé d’hémoglobine que Roch Marc Christian Kaboré s’apprête à remettre son pouvoir entre les mains d’un corps électoral effarouché. Dans la campagne présidentielle complexe qui se profile, en vue du scrutin du 22 novembre, l’affable « président diesel » devra proposer autre chose qu’une compassion compassée aux allures d’impuissance.

Commandant en chef des armées, il devra esquisser une stratégie volontariste et ferme, depuis l’isolement qui caractérise la position d’un chef d’État en de telles circonstances décisionnelles.

Et sans prospective fiable, cette quadrature du cercle sahélien soldant l’alternative « mobilisation vs négociation » en un inévitable coup de poker politique. À six mois de la présidentielle, faites vos jeux. Rien ne va plus.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte