Agroalimentaire

La FAO peine à mobiliser des fonds pour l’Afrique de l’Est

Réservé aux abonnés | | Par
Qu Dongyu, directeur général de la FAO, à Rome, le 27 novembre 2019.

Qu Dongyu, directeur général de la FAO, à Rome, le 27 novembre 2019. © Fabio Frustaci/AP/SIPA

La collecte d’urgence lancée en janvier par Qu Dongyu, le patron de la FAO, n’avait débouché fin février que sur 69 millions de dollars avaient été promis, contre 138 millions de dollars demandés.

Grâce entre autres au soutien des pays africains, le Chinois Qu Dongyu a été élu dès le premier tour à la tête de la FAO en juin 2019 face à la Française Catherine Geslain-Lanéelle. Mais son début de mandat n’est pas une sinécure.

En janvier, le patron de l’agence onusienne pour l’alimentation et l’agriculture a lancé une collecte d’urgence de 138 millions de dollars pour contrer l’invasion de criquets pèlerins en Afrique de l’Est. Mais, à la fin de février, seuls 69 millions de dollars avaient été promis. Alors que 61 % du budget de la FAO dépendent des contributions des États membres, Qu Dongyu veut aussi mobiliser davantage le secteur privé.

Une nouvelle occasion se présente : début mars, l’institution a sollicité 900 millions de dollars de dons pour les pays en situation d’insécurité alimentaire, dont le Burkina Faso, le Tchad, l’Éthiopie, la Libye et le Yémen.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte