Diplomatie

RDC-Angola : bras de fer entre Tshisekedi et Lourenço au sujet de l’or noir

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Félix Tshisekedi (à g.), le président congolais, et João Lourenço, son homologue angolais, le 5 janvier.

Félix Tshisekedi (à g.), le président congolais, et João Lourenço, son homologue angolais, le 5 janvier. © Presidencia da Republica

Le président congolais Félix Tshisekedi s’agace de la lenteur des négociations avec son homologue angolais João Lourenço à propos du partage de l’exploitation pétrolière au large de ses côtes.

Alors que la RD Congo revendique, depuis 2003, une part de l’exploitation pétrolière angolaise au large de ses côtes, Félix Tshisekedi s’agace de la lenteur des négociations avec son homologue, João Lourenço.

En déplacement à Washington (1er-3 mars), le président congolais a profité de son intervention à la Chambre de commerce des États-Unis, le 2 mars, pour échanger en coulisses avec James R. Dunlap, le conseiller Afrique d’ExxonMobil, l’une des sociétés qui exploitent les blocs angolais. Kinshasa souhaite impliquer ces compagnies dans les négociations bilatérales portant sur le manque à gagner de la RD Congo.

Par ailleurs, le 5 janvier, lors d’une rencontre à Benguela, en Angola, les deux chefs d’État étaient convenus de créer une commission chargée de définir les modalités de fonctionnement de la Zone d’intérêt commun, instaurée en 2009 pour partager l’exploitation. Côté congolais, José Sele Yalaghuli, le ministre des Finances, Rubens Mikindo Muhima, ministre des Hydrocarbures, et Nicolas Kazadi, ambassadeur itinérant de Tshisekedi, se sont vu confier ce dossier.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte