Politique

[Chronique] Au Soudan, la transition n’est pas un long fleuve tranquille

Réservé aux abonnés | | Par
Glez

Glez ©

Le convoi du Premier ministre soudanais a été visé le 9 mars par un attentat « terroriste » à la bombe dans la capitale, selon des responsables et des médias d’État.

Après trente ans de dictature d’Omar el-Béchir, la transition soudanaise n’est pas un long fleuve tranquille. Ce 9 mars, Abdallah Hamdok, le Premier ministre, a échappé à un attentat à Khartoum, au moment où son convoi ralentissait pour s’engager sur un pont.

Une explosion et des tirs d’armes automatiques ont fait un blessé léger. Sans attendre de revendication, le pouvoir a dénoncé un acte « terroriste » visant à compromettre le processus politique en cours.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte