Politique

Mali : la garde rapprochée de Karim Keïta, fils du président IBK

L’influent fils du chef de l’État malien est candidat aux législatives du 29 mars. Président de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, il avait été élu député une première fois en 2013. Pour dynamiser sa campagne, celui qui est aussi homme d’affaires peut compter sur un quatuor de fidèles.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 13 mars 2020 à 12:43

Karim Keïta dans les jardins de son bureau à la cité du Niger à Bamako, le 3 mai 2014. © Emmanuel DAOU BAKARY pour Jeune Afrique

• Hadi Niangadou

Député. Lors des législatives de 2013, Karim Keïta et lui se sont unis au sein d’une coalition qui leur a permis de l’emporter dans la Commune II du district de Bamako. Fondateur du Mouvement pour le Mali (MPM). Fut berger, avant de se lancer dans le commerce du riz et du pétrole.

• Mamadou Togola

Gère toutes ses actions sociales et assure la permanence de son cabinet. Se sont rencontrés en 2007, en pleine campagne présidentielle, lorsque Karim Keïta créait des associations de soutien à son père. Togola a lui-même fondé le mouvement IBK Kanu (« pour l’amour d’IBK »).

À Lire Mali : les nouveaux visages de la politique

• Mamadou Gaoussou Diarra

Son avocat. L’a défendu lors du procès en diffamation qu’il a intenté contre un journaliste, en 2019. Ancien ministre des Sports. A connu Karim Keïta enfant, lorsqu’ils habitaient le quartier de Badalabougou, à Bamako. Fut le mandataire d’IBK lors de la présidentielle de 2018.

• Maimouna Camara

Son assistante personnelle. Gère ses audiences et ses invitations. Communicante, elle a fait ses études aux États-Unis, où elle a rencontré Kamissa Camara, l’actuelle ministre de l’Économie numérique. C’est cette dernière qui l’a recommandée à Karim Keïta.