Politique

Moustapha Chafi désormais libre de rentrer à Nouakchott : ce qu’il faut savoir sur ce très discret Mauritanien

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 02 mars 2020 à 11h37
Moustapha Chafi, en août 2010.

Moustapha Chafi, en août 2010. © AHMED OUOBA/AFP

Opposant à Mohamed Ould Abdelaziz, Moustapha Chafi connaît un retour en grâce à Nouakchott. À la mi-février, le mandat d’arrêt international « pour intelligence avec des groupes terroristes », qui le visait depuis 2011, a été levé.

1. Ascendant

Né en 1960 de parents originaires de l’Assaba (sud-est de la Mauritanie), il a grandi au Niger, entre Zinder et Niamey.

Issu de la tribu maraboutique et commerçante des Tadjakant, il a usé de leur ascendant sur les habitants du désert pour entrer en contact avec les jihadistes d’Aqmi.

2. Mémoire

Son père, Limam Chafi, est décédé en 2012. En dépit de nombreuses médiations, Mohamed Ould Abdelaziz, l’ex-président, ne l’a pas laissé assister aux obsèques.

Lorsqu’il rentrera à Nouakchott, il ira immédiatement se recueillir sur sa tombe.

3. Clash

Il n’a jamais été proche d’« Aziz », à qui il n’a jamais pardonné d’avoir renversé Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le premier président démocratiquement élu du pays, en 2008.

Il a refusé de recevoir les émissaires que le nouveau président lui avait envoyés, au lendemain du putsch.

4. Amitié

Il est resté très lié à Blaise Compaoré, dont il fut l’éminence grise. Il lui rend régulièrement visite à Abidjan, où vit l’ex-président burkinabè.

En février, il l’a accompagné à Doha, afin qu’il y fasse un bilan médical. Il est également proche de l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou, qui était lui aussi en exil.

5. Qatar

Après la chute de Compaoré, il a quitté l’Afrique de l’Ouest et s’est tourné vers le Maroc et le Qatar, dont il ouvre les portes aux chefs d’État du continent (Paul Kagame, Nana Akufo-Addo, Alassane Ouattara…).

Il était également proche de Hamad Ben Khalifa Al Thani, le père de l’émir.

6. Ballon rond

Il aime les soirées mondaines et s’est lié à d’ex-gloires du football, comme Abedi Pelé. Avec son ami Samuel Eto’o, lui aussi expatrié à Doha, ils s’appellent réciproquement « grand frère ».

7. Polyglotte

Il parle sept langues : le tamasheq (un atout pour communiquer avec Aqmi, lorsqu’il négociait la libération des otages), le bambara, le haoussa, le wolof, l’arabe, le français et l’anglais.

8. Conseiller

Il est très proche d’Ally Coulibaly, le ministre ivoirien de l’Intégration africaine.

Tous deux s’entretiennent souvent de sujets relatifs au Qatar, même si Chafi a un contact direct avec Alassane Ouattara, qu’il connaissait avant son arrivée au pouvoir.

9. Soro

Il a connu Guillaume Soro lorsque celui-ci dirigeait la rébellion des Forces nouvelles. Quand il était Premier ministre, Soro l’a reçu à de nombreuses reprises à son domicile de Yamoussoukro, puis a coupé les ponts sans explications. Quand il a changé tous ses téléphones, en 2019, il ne lui a pas donné ses nouvelles coordonnées.

10. Remerciements

Libre de rentrer à Nouakchott, il prépare son retour, mais sans se précipiter. Il compte d’abord aller remercier tous les présidents qui l’ont soutenu : Faure Essozimna Gnassingbé, Nana Akufo-Addo, Macky Sall, Ibrahim Boubacar Keïta, Alpha Condé, Alassane Ouattara et Mahamadou Issoufou.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte