Politique

Libye : l’ex-membre des Amazones de Kadhafi toujours en sursis en France

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mouammar Kadhafi au sommet de Lisbonne, le 8 décembre 2007.

Mouammar Kadhafi au sommet de Lisbonne, le 8 décembre 2007. © PAULO DUARTE/AP/SIPA

La décision de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) française sur le cas de Zahra Mansour sera connue le 11 mars.

Convoquée le 19 février à la Cour nationale du droit d’asile pour une audience pour laquelle elle a demandé le huis clos, la Libyenne Zahra Mansour devra encore attendre pour savoir si la France lui accordera le statut de réfugiée.

Menacée de mort

La décision ne sera connue que le 11 mars. En France depuis 2013, l’ex-membre des Amazones, la garde personnelle de Mouammar Kadhafi, estime être menacée de mort par les autorités de son pays.

Mais l’Office français de protection des réfugiés et apatrides avait rejeté sa demande en première instance, le 5 mai 2018, estimant qu’elle a été une personnalité de premier plan du régime Kadhafi.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte