Transport aérien

Manutention aéroportuaire : duel sur la piste de l’aéroport de Dakar

Réservé aux abonnés | | Par
Askin Demir, directeur général de 2AS face à Alioune Sarr, ministre sénégalais du Tourisme et des Transports aériens.

Askin Demir, directeur général de 2AS face à Alioune Sarr, ministre sénégalais du Tourisme et des Transports aériens. © FAF3086

Le 25 février dernier, Askin Demir, DG de 2AS, s’est voulu rassurant devant les dirigeants des compagnies présentes à l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) de Dakar. Depuis plusieurs mois, ces derniers déplorent la qualité de service de cette filiale du gestionnaire de la plateforme LAS (Limak-AIBD-Summa), détenu à 66 % par les deux sociétés turques.

Le 13 janvier, dans un courrier dont Jeune Afrique a eu copie, le ministre Alioune Sarr a fait remonter à Mamadou Lamine Sow, président du conseil d’administration de 2AS, des « manquements à des obligations contractuelles envers Air Sénégal ». La compagnie nationale est l’autre actionnaire de la société de manutention aéroportuaire, mais n’a pas encore libéré sa part du capital.

Pour répondre à ces critiques, le DG turc a confirmé l’achat de nouveaux équipements.

Nombre d’acteurs reprochent surtout à 2AS et à sa maison mère, outre des tarifs trop élevés et des défauts de conception, un manque d’investissements notamment dans le matériel de pistes. Tout cela associé à des problèmes de supervision des personnels sur le tarmac, contraignant certaines compagnies à assurer elles-mêmes ces prestations.

Deux cultures d’entreprise

Ayant récupéré les personnels des deux handlers historiques de l’ancien aéroport Léopold-Sédar-Senghor (AHS et SHS), le manutentionnaire n’a, selon certains observateurs, jamais réussi à faire cohabiter deux cultures d’entreprise différentes, l’une publique, l’autre privée.

Mais, alors que Limak cherche à vendre ses 33 %, 2AS veut redoubler d’efforts face à une possible concurrence. Car cette situation pourrait bien précipiter la naissance d’une deuxième société d’assistance, avec Air Sénégal au capital et, peut-être, SHS, qui dispose toujours de son matériel. Un décret présidentiel de 2017 garantissait pourtant un monopole du handling à 2AS, au moins jusqu’à ce que l’AIBD atteigne la barre des 3 millions de passagers par an. En 2019, il en a accueilli 2,5 millions.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte