Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire : l'année de tous les enjeux»

Voir tout le sommaire
Vie des partis

Côte d’Ivoire – Kouadio Konan Bertin (PDCI) : « Si le président Bédié ne se présente pas, je suis prêt »

Réservé aux abonnés | | Par
Konan Bertin Kouadio, dans les locaux de Jeune Afrique, le 29 novembre 2019.

Konan Bertin Kouadio, dans les locaux de Jeune Afrique, le 29 novembre 2019. © Vincent Fournier pour JA

Le conseiller d’Henri Konan Bédié se dit « prêt » pour le scrutin d’octobre 2020 dans le cas où son mentor ne serait pas candidat.

Après s’être présenté en indépendant à la présidentielle de 2015 – contre l’avis d’Henri Konan Bédié, qui avait alors préféré soutenir la candidature d’Alassane Ouattara à un second mandat –, Kouadio Konan Bertin, alias KKB, 51 ans, a signé son retour au sein du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Et il se dit « prêt » pour le scrutin d’octobre 2020 dans le cas où son mentor ne serait pas candidat.

Jeune Afrique : Vous avez fait la paix avec Henri Konan Bédié après plus de cinq ans de brouille. Qu’est-ce qui a motivé votre retour à la « maison », alors que de nombreux cadres l’ont quittée pour rejoindre le RHDP d’Alassane Ouattara ?

Kouadio Konan Bertin : Je suis toujours resté fidèle à mon parti et aux valeurs défendues par Félix Houphouët-Boigny. Il y a eu, c’est vrai, une différence d’appréciation stratégique quand le PDCI a décidé de ne pas présenter de candidat à la présidentielle de 2015. J’ai pensé de mon côté que le parti ne devait pas déserter la mère des batailles que constitue la présidentielle. Et j’ai relevé le gant.

Aujourd’hui, c’est justement pour mon indépendance d’esprit que le président Bédié m’a fait l’honneur de me nommer comme son conseiller. D’autres ont changé de parti, c’est leur affaire. Cela n’a jamais été mon cas. Le PDCI, c’est ma famille.

Candidat malheureux en 2015 en tant qu’indépendant, seriez-vous prêt à vous présenter à la présidentielle d’octobre si le PDCI vous le demandait ?

Si le président Bédié décide de se présenter, je le soutiendrai et mènerai campagne à ses côtés. S’il n’est pas candidat, je prendrai mes responsabilités. Je suis disponible, et je suis prêt.

Le pouvoir est au service d’une caste. Malgré la prétendue réussite économique, 46 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté

Comment le PDCI peut-il gagner face au RHDP s’il est absent de la Commission électorale indépendante (CEI) ?

Il faut dissoudre la CEI et passer d’une commission aux ordres à une structure réellement indépendante. Gervais Coulibaly, son ancien vice-président, avait émis une proposition qui me semble pertinente : que la commission soit composée d’un tiers de membres du gouvernement, d’un tiers de membres de l’opposition et d’un tiers de citoyens de la société civile.

Par ailleurs, il faut préserver un droit universel que notre peuple a chèrement acquis : le vote doit demeurer gratuit. Or le pouvoir entend lier l’obtention de la carte d’électeur au renouvellement de la carte d’identité, qu’il prétend faire payer 5 000 F CFA [7,60 euros] ; en faisant cela, il organise l’élimination de millions d’électeurs. En refusant d’assurer un scrutin clair, honnête et transparent, le pouvoir en place prépare le retour au pire des scénarios. Il sème un vent mauvais, dont la seule récolte sera la violence.

Quel bilan faites-vous des deux mandats d’Alassane Ouattara ?

Il faut se garder de tout manichéisme. Des choses ont été faites, mais le compte n’y est pas. Notre peuple dans sa grande majorité continue de souffrir, les inégalités s’accroissent, et certains de nos enfants meurent en tentant de fuir notre pays. Le pouvoir répond en bombant le torse : 8 % de croissance.

C’est vrai que, pour certains, ceux qui sont les privilégiés du régime, le bilan est fantastique puisqu’ils se sont enrichis comme jamais. Pour la majorité de notre population, c’est une autre histoire. Le pouvoir ne gouverne pas pour le peuple, il est au service d’une caste. Malgré la prétendue réussite économique, 46 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte