Justice

« Biens mal acquis » : Malabo toujours à la barre

« Teodorín » dans la capitale équato-guinéenne, en 2013.

« Teodorín » dans la capitale équato-guinéenne, en 2013. © JEROME LEROY/AFP

Un immeuble parisien est au cœur du bras de fer judiciaire entre la France et la Guinée équatoriale.

Alors que Teodoro Obiang Nguema Mangue (« Teodorín ») a été condamné le 10 février en appel à trois mois de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende dans l’affaire des Biens mal acquis, la Guinée équatoriale tente de se défendre à la Cour internationale de justice (CIJ).

Bras de fer

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte