Économie

Le Gabon et le Cameroun au bord de l’incident diplomatique au sujet de la Fanaf

César Ekomie-Aféné (g.) et Théophile Gérard Moulong (d.) bataillent pour obtenir la présidence de la Fanaf

César Ekomie-Aféné (g.) et Théophile Gérard Moulong (d.) bataillent pour obtenir la présidence de la Fanaf ©

À l’origine de la montée de tensions entre Libreville et Yaoundé, la présidence de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines.

Aucun argument ne semblait pouvoir convaincre le Camerounais Théophile Gérard Moulong de retirer sa candidature à la présidence de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (Fanaf), dont l’assemblée générale se tenait à Libreville du 17 au 20 février.

Bien que son concurrent, César Ekomie-Aféné, ait été soutenu par la quasi-totalité des grands groupes continentaux, le directeur général de Saham Cameroun s’est obstiné.

Éviter le conflit

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte